Hacia una nueva cultura de movilidad urbana

Gouverner les politiques de mobilités partagées :

Quatre équations politiques à résoudre pour les grandes métropoles

Maxime Huré

Maître de Conférences à l’université de Perpignan

Chercheur au CDED de l’université de Perpignan et au laboratoire Triangle – Sciences Po Lyon

Comment gouverne-t-on les politiques de mobilités partagées dans les villes européennes ?

En mobilisant plusieurs exemples de politiques publiques de mobilités partagées dans les grandes métropoles européennes (notamment Paris, Lyon, Barcelone, Bruxelles), ce chapitre invite à s’interroger sur les grands enjeux politiques de l’implantation des dispositifs de vélos en libre service dans les villes européennes au début du XXIème siècle. Depuis le milieu des années 2000, les projets de vélos en libre service se sont rapidement diffusés dans la majorité des métropoles européennes. Si les vertus écologiques de la pratique du vélo ont souvent été mises en avant pour justifier l’implantation de ces dispositifs, de nombreuses critiques ont accompagnées ce mouvement : inégalités dans la couverture spatiale des systèmes, problèmes de financement des réseaux, domination des grandes firmes dans la mise en œuvre et la gestion des dispositifs, inadaptation des projets dans certains territoires, construction d’un marketing politique et territorial, …

Ces critiques sont le résultat de la grande diversité des modèles urbains de mobilité partagées implantés dans les métropoles européennes et de la forte politisation des enjeux de mobilité en ville. Elles confirment notre hypothèse du caractère essentiellement politique de ces dispositifs dans des contextes urbains variés et marqués par de forts enjeux économiques, climatiques et sociaux qui accompagnent les politiques de mobilité urbaine. Dans les nombreux dispositifs de vélos en libre service étudiés, les élus sont confrontés à quatre grandes équations – plus ou moins complexes suivant les contextes urbains – qui s’apparent à autant de choix politiques permettant de mieux comprendre comment sont gouvernées les grandes métropoles européennes aujourd’hui.

Le financement des dispositifs face à l’austérité budgétaire

La première équation politique concerne le financement des dispositifs de mobilités partagées, qui implique la construction du modèle économique choisi. L’austérité budgétaire a souvent justifié le recours aux prestataires privés pour gérer les systèmes, en mobilisant parfois l’argument de la gratuité des services proposés par les firmes. Cependant, plusieurs modèles économiques existent, sont en concurrence, et renvoient à des modèles d’organisation et des choix politiques.

Les grandes entreprises face à la régulation politique des dispositifs

Le plus souvent, les pouvoirs urbains souhaitent attirer des grandes entreprises pour gérer les systèmes de vélos en libre service. Cependant, les institutions publiques sont ensuite confrontées à la régulation de l’activité des firmes sur leur territoire. Ces activités dépassent parfois le seul cadre de la gestion des vélos et engendrent des dépendances fortes entre les pouvoirs publics et les entreprises. Il s’agit pour les institutions publiques de maintenir un certain contrôle dans le déploiement des services.

La standardisation internationale face au gouvernement local

Les dispositifs de vélos en libre service se sont implantés à la faveur d’une forte circulation internationale d’expertise, mettant en avant des acteurs faisant la promotion de solutions standardisées pour les villes. Cette circulation est confrontée à la réception et à l’appropriation de ces dispositifs par les acteurs locaux (habitants, groupe d’intérêt, élus, etc.), pouvant engendrés des conflits sociaux. Les acteurs politiques doivent donc composer avec différents acteurs internationaux et locaux et faire des arbitrages en fonctions des différentes contraintes de l’action publique.

Les besoins sociaux face à la compétition politique

Enfin, l’implantation des vélos en libre service répond souvent à des logiques de positionnement politique et d’agenda. Les dates d’inauguration des dispositifs avant les élections montrent les attentes en termes de retombées électorales pour les élus. Mais les logiques de la compétition politique partisane au niveau local ou de la compétition entre les villes à l’échelle internationale peuvent parfois s’inscrire en contradiction avec les besoins sociaux de mobilité, notamment en termes de couverture spatiale des dispositifs et de tarification.

Les orientations données par les pouvoirs politiques au sein de ces quatre équations montrent que les différents modèles de politiques publiques de mobilités partagées sont davantage guidés par des logiques politiques qui construisent les modèles économiques et influencent les modèles culturels dans le domaine des transports et de la mobilité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *