Session 2 La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Biens communs, innovation sociale et action publique locale : enjeux des « espaces occupés » à Naples

Pascale FROMENT, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, UMR Ladyss

Les métropoles sont devenues, au cours des vingt dernières années, à la fois des lieux de fortes tensions entre acteurs aux intérêts divergents – tensions exacerbées par l’assèchement des finances publiques en période d’austérité – et des terrains d’expérimentation de processus “participatifs” concernant notamment la requalification des territoires et la valorisation de leurs ressources. Ces expériences ont donné lieu à de nombreux travaux de recherche au niveau international sur la participation citoyenne aux différentes échelles d’intervention faisant la part belle à la diffusion des démarches de type bottom-up. Parmi les formes diversifiées de mobilisations, figurent entre autres les mouvements d’ « occupation » – ou de « libération » – d’espaces publics, souvent patrimoniaux, laissés pour compte par les pouvoirs locaux ou régionaux, et de plus en plus revendiqués comme bien communs par les habitants.

Cette contribution propose d’aborder le rapport entre ces espaces nouvellement occupés, les mobilisations collectives et les acteurs de la requalification urbaine à partir de l’exemple napolitain, que l’on mettra en perspective par la référence à d’autres expériences, notamment italiennes et espagnoles. Les travaux présentés, relevant d’une méthodologie de type qualitatif (entretiens conduits entre 2013 et 2017), analysent les processus de mobilisation, d’occupation et de diffusion à partir de trois espaces du centre historique de Naples. Leur multiplication depuis 2013, associant des collectifs, des groupes, des communautés d’habitants, a pour principal objectif de soustraire à l’abandon et la dégradation divers lieux du centre-ville pour les restituer aux habitants. Elle témoigne de formes d’innovation sociale autant que de résistance aux opérations de spéculation et de privatisation par la vente du patrimoine immobilier public tout en proposant de nouvelles modalités de gestion, flexibles et autonomes, aptes à proposer de nombreuses initiatives dans le champs social et culturel, et visant des usages des lieux non soumis à ceux standardisés du marché.

Il s’agit alors d’interroger la diversité de ces logiques d’occupation/valorisation des lieux rendus aux habitants dans leurs rapports avec les politiques publiques locales dans un contexte de changement des équipes municipales. La reconnaissance de la valeur ajoutée générée par les différentes collectivités de la part des institutions locales, ouvre progressivement la voie à la légitimation de ces espaces comme « biens communs », sous les multiples facettes que peut revêtir la notion.

Le cas d’étude napolitain ouvre la voie à des questionnements de plus vaste portée qui peuvent être articulés autour de deux interrogations principales,

– Le caractère innovant des mobilisations réside dans des bricolages inédits questionnant et remettant en cause les modalités officielles de la fabrique urbaine et visant à répondre autrement à la crise de la citoyenneté sociale. En quoi l’émergence de ces lieux et de ces acteurs témoigne t-elle d’une reconfiguration des pouvoirs urbains et intègre-t-elle des logiques informelles, fruit d’alliances entre des acteurs pluriels, institutionnels ou issus du monde économique ou associatif, et/ou citoyens ordinaires ?

– La seconde s’intéresse à travers les jeux d’acteurs à la façon dont les collectifs, participent à la (co-)construction de nouvelles normes et, en raison de leur diversité, au renouvellement des modalités d’expression et d’action, tantôt d’évitement tantôt d’affrontement. De quelle façon ces pratiques faisant l’objet d’arrangements sociaux, de compromis ou de confrontations politiques peuvent-elles contribuer à déclencher ou à accélérer des processus d’innovation, au nom de références, faisant inégalement consensus, comme celles de biens communs et de démocratie participative ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search