Session 3. Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Les enjeux de la régénération urbaine: Rome ou le changement inachevé

Maria Prezioso, Angela D’Orazio

Université de Rome Tor Vergata – Département de ‘Management e Diritto’

Si l’objectif général du Colloque est «de considérer la transformation des spatialités métropolitaines à la lumière d’une réflexion sur les nouveaux rapports de pouvoir et les recompositions qu’elles entrainent en matière de politiques publiques», alors le cas de Rome se révèle d’un certain intérêt en résumant dans ses récentes dynamiques l’éclatement de toutes politiques publiques en conséquence de conflits permanentes entre les échelles administratives et gouvernementale; conflits que, même dans un contexte de «ré-échelonnement des politiques publiques vers la sphère locale», il faut inscrire soigneusement dans la crise de toute action publique référant au ‘planning’.

Le processus de métropolitanisation occurrent dans le territoire de Rome participe de bien connue phénomène d’extension de l’aire bâtie commun aux métropoles méditerranéennes: seulement pour la Commune de Rome (Municipalitè de Rome) entre1993 et 2008 on a urbanisée une surface presque trois fois la surface de la ‘città storica’ (le périmètre dedans les anciennes Mura Aureliane) tandis que pour l’entière Province de Rome (actuellement ‘Città metropolitana’) pour l’an 2015 la surface artificiel correspond au 13,2 % du territoire – avec un incrément pour cent entre 2012 et 2015 , années de véritable crise du secteur bâtiment, de 0,8% –

En face de ces données la réponse formel soutenue aussi par les politiques européennes repose sur la régénération urbaine. En particulier une idée d’intervention sur l’existante fonde la dernière politique d’urbanisme formulé d’une façon directe pour la ville (2013-2015). “La Roma che vogliamo è semplice: rigenerare tutto quello che è costruito, fare meglio dove è stato già fatto, dove la città ha consumato il suolo e rivedere tutti gli interventi che ripropongono l’espansione fisica della città. Affermeremo in tutti i nostri interventi che se la città non è pubblica semplicemente non è.” Assessorato alla Trasformazione Urbana – 2014

Toutefois les expériences réelles développées dans ces dernières années montrent les contradictions du modèle d’intervention proposé, les nœuds critiques réglementaire, financières et procédurales, et surtout l’absence d’un véritable dialogue territoriale qu’il faudrait bâtir par une nouvelle gouvernance du territoire métropolitain.

On examinera ces problématique à l’aide d’une expérience de recherche –action développé pendant trois ans (2013-2015) dans un quartier périphérique de la ville de Rome et que faisait l’objet d’une Projet financé par le programme URBACT II: RE-Block qui, en défaisant l’acronyme en anglais, signifie REviving high-rise Blocks for cohesive and green neighborhoods. Les aires concernées étaient typiquement banlieues modernistes avec bâtiments d’haute densité d’habitation. Les problèmes territoriales abordés par le projet étaient pauvreté urbaine, bâtiments publiques dégradées, absence de services, absence de qualité environnementale et du cadre de vie. La méthode se voulait intégrée et l’objective était de produire un Plan d’Action Local de régénération urbaine à l’aide d’un group local de support par un processus participative qu’ il faudrait concertée avec l’autorité locale.

Le déroulement de ce processus participative dans le cas du quartier Tor Sapienza se croise et se superpose avec certains initiatives de transformation menées par la Commune mais aussi avec dynamiques politiques qu’engagent la dimension locale, régionale et nationale. La problématique de la gouvernance métropolitaine de la ville de Rome Capitale, avec ses implications financières et fiscales s’avère déterminante en caler le moteur de toutes transformations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.