Session 3. Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Les enjeux de la régénération urbaine: Rome ou le changement inachevé

Maria Prezioso, Angela D’Orazio

Université de Rome Tor Vergata – Département de ‘Management e Diritto’

Si l’objectif général du Colloque est «de considérer la transformation des spatialités métropolitaines à la lumière d’une réflexion sur les nouveaux rapports de pouvoir et les recompositions qu’elles entrainent en matière de politiques publiques», alors le cas de Rome se révèle d’un certain intérêt en résumant dans ses récentes dynamiques l’éclatement de toutes politiques publiques en conséquence de conflits permanentes entre les échelles administratives et gouvernementale; conflits que, même dans un contexte de «ré-échelonnement des politiques publiques vers la sphère locale», il faut inscrire soigneusement dans la crise de toute action publique référant au ‘planning’.

Le processus de métropolitanisation occurrent dans le territoire de Rome participe de bien connue phénomène d’extension de l’aire bâtie commun aux métropoles méditerranéennes: seulement pour la Commune de Rome (Municipalitè de Rome) entre1993 et 2008 on a urbanisée une surface presque trois fois la surface de la ‘città storica’ (le périmètre dedans les anciennes Mura Aureliane) tandis que pour l’entière Province de Rome (actuellement ‘Città metropolitana’) pour l’an 2015 la surface artificiel correspond au 13,2 % du territoire – avec un incrément pour cent entre 2012 et 2015 , années de véritable crise du secteur bâtiment, de 0,8% –

En face de ces données la réponse formel soutenue aussi par les politiques européennes repose sur la régénération urbaine. En particulier une idée d’intervention sur l’existante fonde la dernière politique d’urbanisme formulé d’une façon directe pour la ville (2013-2015). “La Roma che vogliamo è semplice: rigenerare tutto quello che è costruito, fare meglio dove è stato già fatto, dove la città ha consumato il suolo e rivedere tutti gli interventi che ripropongono l’espansione fisica della città. Affermeremo in tutti i nostri interventi che se la città non è pubblica semplicemente non è.” Assessorato alla Trasformazione Urbana – 2014

Toutefois les expériences réelles développées dans ces dernières années montrent les contradictions du modèle d’intervention proposé, les nœuds critiques réglementaire, financières et procédurales, et surtout l’absence d’un véritable dialogue territoriale qu’il faudrait bâtir par une nouvelle gouvernance du territoire métropolitain.

On examinera ces problématique à l’aide d’une expérience de recherche –action développé pendant trois ans (2013-2015) dans un quartier périphérique de la ville de Rome et que faisait l’objet d’une Projet financé par le programme URBACT II: RE-Block qui, en défaisant l’acronyme en anglais, signifie REviving high-rise Blocks for cohesive and green neighborhoods. Les aires concernées étaient typiquement banlieues modernistes avec bâtiments d’haute densité d’habitation. Les problèmes territoriales abordés par le projet étaient pauvreté urbaine, bâtiments publiques dégradées, absence de services, absence de qualité environnementale et du cadre de vie. La méthode se voulait intégrée et l’objective était de produire un Plan d’Action Local de régénération urbaine à l’aide d’un group local de support par un processus participative qu’ il faudrait concertée avec l’autorité locale.

Le déroulement de ce processus participative dans le cas du quartier Tor Sapienza se croise et se superpose avec certains initiatives de transformation menées par la Commune mais aussi avec dynamiques politiques qu’engagent la dimension locale, régionale et nationale. La problématique de la gouvernance métropolitaine de la ville de Rome Capitale, avec ses implications financières et fiscales s’avère déterminante en caler le moteur de toutes transformations.

Session 2 La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Biens communs, innovation sociale et action publique locale : enjeux des « espaces occupés » à Naples

Pascale FROMENT, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, UMR Ladyss

Les métropoles sont devenues, au cours des vingt dernières années, à la fois des lieux de fortes tensions entre acteurs aux intérêts divergents – tensions exacerbées par l’assèchement des finances publiques en période d’austérité – et des terrains d’expérimentation de processus “participatifs” concernant notamment la requalification des territoires et la valorisation de leurs ressources. Ces expériences ont donné lieu à de nombreux travaux de recherche au niveau international sur la participation citoyenne aux différentes échelles d’intervention faisant la part belle à la diffusion des démarches de type bottom-up. Parmi les formes diversifiées de mobilisations, figurent entre autres les mouvements d’ « occupation » – ou de « libération » – d’espaces publics, souvent patrimoniaux, laissés pour compte par les pouvoirs locaux ou régionaux, et de plus en plus revendiqués comme bien communs par les habitants.

Cette contribution propose d’aborder le rapport entre ces espaces nouvellement occupés, les mobilisations collectives et les acteurs de la requalification urbaine à partir de l’exemple napolitain, que l’on mettra en perspective par la référence à d’autres expériences, notamment italiennes et espagnoles. Les travaux présentés, relevant d’une méthodologie de type qualitatif (entretiens conduits entre 2013 et 2017), analysent les processus de mobilisation, d’occupation et de diffusion à partir de trois espaces du centre historique de Naples. Leur multiplication depuis 2013, associant des collectifs, des groupes, des communautés d’habitants, a pour principal objectif de soustraire à l’abandon et la dégradation divers lieux du centre-ville pour les restituer aux habitants. Elle témoigne de formes d’innovation sociale autant que de résistance aux opérations de spéculation et de privatisation par la vente du patrimoine immobilier public tout en proposant de nouvelles modalités de gestion, flexibles et autonomes, aptes à proposer de nombreuses initiatives dans le champs social et culturel, et visant des usages des lieux non soumis à ceux standardisés du marché.

Il s’agit alors d’interroger la diversité de ces logiques d’occupation/valorisation des lieux rendus aux habitants dans leurs rapports avec les politiques publiques locales dans un contexte de changement des équipes municipales. La reconnaissance de la valeur ajoutée générée par les différentes collectivités de la part des institutions locales, ouvre progressivement la voie à la légitimation de ces espaces comme « biens communs », sous les multiples facettes que peut revêtir la notion.

Le cas d’étude napolitain ouvre la voie à des questionnements de plus vaste portée qui peuvent être articulés autour de deux interrogations principales,

– Le caractère innovant des mobilisations réside dans des bricolages inédits questionnant et remettant en cause les modalités officielles de la fabrique urbaine et visant à répondre autrement à la crise de la citoyenneté sociale. En quoi l’émergence de ces lieux et de ces acteurs témoigne t-elle d’une reconfiguration des pouvoirs urbains et intègre-t-elle des logiques informelles, fruit d’alliances entre des acteurs pluriels, institutionnels ou issus du monde économique ou associatif, et/ou citoyens ordinaires ?

– La seconde s’intéresse à travers les jeux d’acteurs à la façon dont les collectifs, participent à la (co-)construction de nouvelles normes et, en raison de leur diversité, au renouvellement des modalités d’expression et d’action, tantôt d’évitement tantôt d’affrontement. De quelle façon ces pratiques faisant l’objet d’arrangements sociaux, de compromis ou de confrontations politiques peuvent-elles contribuer à déclencher ou à accélérer des processus d’innovation, au nom de références, faisant inégalement consensus, comme celles de biens communs et de démocratie participative ?

Session 2.La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

 

L’urbanisme à l’épreuve de l’action communautaire dans les quartiers populaires.

L’expérience du quartier de Roquetes à Barcelone.

par  Alice Lancien

Architecte-urbaniste et technicienne communautaire Raons públiques Sccl. Pla de desenvolupament comunitari de Roquetes.

À Barcelone, les élections municipales de 2015 ont été marquées par une forte mobilisation des quartiers populaires contribuant à la victoire de la candidature citoyenne Barcelona en Comú. Ces derniers, particulièrement touchés par la crise, font aujourd’hui l’objet d’une action publique volontariste visant à réduire les inégalités socio-spatiales dans la ville. Les politiques sectorielles en matière de logement, mobilité, ou d’aménagement d’espaces publics s’articulent avec des programmes extraordinaires tel que le Pla de barris (Plan intégral de transformation des quartiers populaires) conçu sur le principe de la co-production entre administration et citoyen/nes.

Le quartier de Roquetes, situé dans le districte de Nou Barris au Nord de la ville, est caractérisé par une forte tradition de mobilisations habitantes s’étant saisi de problématiques telles que le logement, les réseaux ou la mobilité pour donner forme au quartier et l’améliorer. Il est par ailleurs doté d’une organisation communautaire, au travers du Pla de desenvolupament comunitari, où participent l’ensemble des acteurs du territoire pour définir les problématiques du quartier et mettre en œuvre des actions permettant d’y faire face.

Cette communication vise à s’interroger, dans un contexte d’affirmation du droit à la ville et d’innovation sociale à Barcelone, sur le rôle de la participation communautaire en urbanisme dans les quartiers populaires.

Quelles tensions existe-t-il entre les logiques ascendantes propres à l’action communautaire et les logiques descendantes portées par l’administration en matière d’urbanisme ? Quelles formes d’organisation et d’actions habitantes permettent de faire face aux problématiques des quartiers populaires ? Quelle est la place donnée à la construction des problèmes et à l’organisation des conflits dans les projets d’urbanisme ? Les politiques de participation citoyenne en matière d’urbanisme contribuent-elles à l’empowerment des habitant/es ?

Session 2. La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Andrés Walliser (UCM) y  Rosa de la Fuente (UCM)

 

Nuestra propuesta es hablar de la evolución de los movimientos sociales urbanos hasta nuevas formas organizativas, de acción y movilización en lo que hemos denominado nuevos activismos urbanos. Dichos activismos que surgen en el entorno temporal del 15 M transforman el escenario participativo y de la gobernanza en una ciudad como el Madrid neoliberal de la segunda década de los 2000. Esto queda recogido ya en un articulo publicado en Policy and Politics en 2013. Planteamos ahora analizar cual esta siendo el papel de estos nuevos activismos en el contexto del nuevo gobierno local cuando buena parte de estos movimientos y muchos de sus proyectos y propuestas pasan a formar parte de las instituciones y de los programas de acción políticos. Específicamente analizaremos algunos casos relevantes de transformación urbana: espacio público, rehabilitación de equipamientos colectivos, incluso grandes operaciones inmobiliarias a través de escenarios de urbanismo participativo a nivel de barrio, distrito y ciudad. 

Session 2 . La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Contested urban regeneration in ‘deprived’ inner areas. Practices and policies in Barriera di Milano, Turin (Italy).

Carlo Salone DIST – DIST, Interuniversity Department of Regional and Urban Studies and PlanningPolitecnico di Torino e Università di Torino, Italy – Via Mattioli 39, 10125 Torino, Italy

 The international debate about urban regeneration has so far privileged large-sized interventions in ‘deprived’ inner areas, mainly conceived as an application of conventional measures of physical rehabilitation and socio-economic development according to a blue-print global model. In this kind of experiences even the claim for an active participation of local residents tends to be reduced to ritual mechanisms that do not seem able to stimulate the rise of an enlarged decision-making and a real bottom up process.

Starting from a scientific perspective oriented to the socio-spatial practices that inform the every-day life of the cities, our article aims at enlightening the (missing) relationships between the urban policies led by institutional players and the practices carried out by social actors in the inner areas dubbed as ‘deprived’ and ‘marginal’. Furthermore, some critical insights will be devoted to discussing the so-called model of development of European southern cities.

The case-study is offered by a peripheral neighborhood in Turin (Italy), Barriera di Milano, observed as an ideal stage to investigate the interconnections, contradictions and dichotomies between the institutional urban measures applied to foster the local livability and wellness in the area and the concrete, ‘ordinary’ ways in which the neighborhood organizes its social and economic functions.

Despite the common opinion about the problematic nature of the quarter, the social relations, small businesses and cultural activities appear livable and well established, and contrast to the Municipality’s urban planning proposals, oriented to develop new residential and commercial areas around large public infrastructures. While the issue of ‘deprived peripheral areas’ has been at the core of the local political propaganda to the point that the polls in the peripheral neighborhoods have aroused an upheaval in the municipal government, – with the defeat of the former left-wing majority in favour of the ‘Five Stars’ movement – our article reveals the inability of such policies to dialogue effectively with the neighborhood multiple souls and resources.

Session 2 . La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Re-centering the right to the city in Lisbon Metropolitan area: which post-austeritarian trends in the housing and planning domain?

Giovanni Allegretti  and António José Pires de Brito

In Portugal, the “austeritarian” policies which became common after 2007 in several Mediterranean countries, received in May 2011a stronger official seal through the so-called “Troika Agreement”, a bailout between the Portuguese government, the European Commission, the European Central Bank and the International Monetary Fund aimed at preventing the country from default. Specific chapters of the agreement were dedicated to the housing market and the revision of decentralization and governance models. As so, in 2012, a new tenant law was approved, liberalizing the housing market. As complementary layers of the same policy, the government approved two new policies, commonly known as “Visa Gold” and “Retired Gold”. The first aimed at granting Schengen visas to investors from non-European countries; the second was imagined to secure tax exemption to retired European citizens that choose to live in Portugal. Despite being national policies, together with the cutbacks to public investments in housing, public spaces and infrastructures, these public policies contributed to deeply transform, in few years, the urban fabric of Lisbon Metropolitan Area.

The reactions to these changes proved very different in diverse parts of Lisbon´s Metropolitan Area, aid mainly (but not only) centered on practices of “participation by irruption” (Ibarra, 2007), due to the very limited scope of the numerous participatory processes “by invitation” that the majority of municipalities shaped in the last decade. In the most peripheral territories, practices based on commoning tried to counterbalance the lack of investments, unemployment, decrease in income and the loss of guaranteed rights. In the central areas, with the predominance of the tourism industry, the resistance and the creation of alternative visions for urban development have been more related to the construction of umbrella citizens’ movements and the search for new forms to live in the urban environment.

Until 2015, public authorities have been shy in working on the unbalances and injustices of this fast-transforming urban fabric. But since the election of the new left-wing government, the discussion on the rights to housing and the rights to the city gained new strength in the public sphere, and a Secretary of State was named to try to coordinate with more intense coherence the relations between national and local policies on these issues. On the eve of local elections (scheduled for October 1st 2017), the debates on housing markets and the consequences of the new urban order inherited from several years of austeritarian policies, are a strong core of the political campaign, and can enlighten on an important ongoing transformation of the State-society relations.

Authors (both members of INURA – International Network for Urban Research and Action):

Giovanni Allegretti is senior researcher at the Center for Social Studies of the University of Coimbra in Portugal, and co-chair of the Authority for Participation of Tuscany Region, Italy. He coordinates the Horizon 2020 project “EMPATIA”.

António José Pires de Brito is researcher at Dinamia-CET center of ISCTE-IUL University, and coordinator of projects of community development at the Aga Khan Foundation in Lisbon. Since 2011, he directed the “Critical Neighborhood” Project in Vale da Amoreira

Session 2. La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Athina Arampatzi

PhD, Marie Curie Postdoctoral Fellow, Political Science and International Relations, UAM, Madrid

 

The post-crisis transformations of the socio-political landscapes in Southern Europe have shaped crucial opportunities for emergent political actors and the civil society to introduce new governance mechanisms. Following a turbulent period of social mobilizations, rapid political and institutional transformations are underway at the city, regional and national levels in Southern European countries. These new pathways include fundamental societal demands for a different way of organizing local democracy and citizens’ involvement in decision-making processes. A lively scientific debate has demonstrated how austerity agendas have been employed in order to deal with the crisis, which had variegated causes and effects across various geographical contexts. In this regard, it has been argued that the increasing distancing between EU policies and decision-making, and the particularities and interests of local societies, has often led to growing regional inequalities, uneven geographical development and dissociation between formal politics and citizens. At the same time, other research focused on the intense social mobilizations that took place in Southern Europe, such as the Indignados in Spain and the ‘Squares’ movement’ in Greece. Different authors stressed how deliberative democracy, social solidarity and grassroots re-appropriation of urban space acquired a central role within the practices of these movements. Moreover, these movements arguably contributed to the rise of new political actors and electoral shifts in local, regional and national governments, such as Syriza in Greece and Podemos in Spain. Therefore, we can identify key linkages between recent social mobilizations taking place in cities and the increasingly prominent role of the local level as an arena where proximity in decision-making and a sense of urban citizenship bolsters social cohesion, social innovation and grassroots creativity. Along the above lines, the paper will investigate these ongoing socio-political developments, the relationship between civil society and emergent political actors and the ways these shape institutional changes through the case of Athens, Greece. To this end, the paper will develop an in-depth assessment of a key policy arena, namely social/solidarity economy, which is crucial in understanding social participation in urban governance in the post-crisis conjuncture in Athens.

Session 1 Hacia una nueva cultura de movilidad urbana

Mobilités actives et « tactical urbanism » : l’expérience de la métropole lilloise

Cyprien Richer, Mathieu Rabaud, Cerema Nord-Picardie

Les mobilités actives en France arrivent progressivement à l’agenda politique. Ces dernières années, les réformes territoriales ont renforcé le rôle des Régions et des intercommunalités sur les questions de mobilité et d’intermodalité. Les autorités organisatrices des mobilités (AOM) assises sur des groupements intercommunaux aux compétences élargies doivent désormais piloter les stratégies en faveur des modes actifs et non plus exclusivement les bus, tramways, métros. La compétence historique concernant les transports collectifs urbains, grande bénéficiaire des investissements des dernières décennies dans les agglomérations françaises, doit s’intégrer à un cadre d’action plus large. Le Plan d’actions pour les mobilités actives (PAMA), fait évoluer la réglementation nationale pour s’adapter aux nouveaux enjeux d’aménagements de la voirie au niveau local. Fort de ce nouveau cadre juridique, les collectivités locales peuvent renforcer leurs actions en faveur des modes actifs : accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, marche, vélos et dérivés.

Nous proposons un retour d’expérience des politiques de mobilité de la métropole européenne de Lille, et notamment des actions récentes de la ville de Lille à travers la mise en œuvre d’un « plan de déplacement lillois ». Cette série d’actions souples sur la circulation d’une partie de la commune de Lille a été mis en service à l’été 2016 après seulement 6 mois de réflexions et quelques semaines de travaux. Elles visent, selon ses promoteurs, « à réduire le trafic de transit, à faciliter le stationnement, à mieux partager la rue et à mieux respirer ». Les résultats sont assez remarquables tant dans la croissance du nombre de cyclistes que dans les soutiens et contestations qui ont suivi la mise en œuvre du projet.

Le suivi de la mise en œuvre du plan de circulation nous amène à formuler plusieurs observations :

  • sur le rapport entre ces interventions de court terme et la planification de moyen et long terme (du Plan de Déplacements Urbain 2010-2020) ;
  • sur l’échelle du projet : infra-communal plutôt que inter-communal, ce qui semble relativement anachronique avec le renforcement des pouvoirs conférés à l’échelon métropolitain ;
  • sur le type d’approche : micro-intervention plutôt que macro-projet dans une agglomération qui a manqué le virage de l’an 2000 avec les vagues de transformations des villes-centre autour du tramway « à la française » ;
  • et sur rôle des acteurs associatifs notamment dans la légitimation du projet paradoxalement défendu par (certaines) associations mais critiqué par (certaines) institutions.

Ces observations nous amènent à formuler l’hypothèse de l’urbanisme tactique (« tactical urbanism ») qui semble trancher avec les pratiques antérieures en matière de projet de transport dans les agglomérations françaises. Le « tactical urbanism » est une approche à l’échelle de la rue qui visent à activer des interventions à court terme, peu coûteuses et évolutives destinées à catalyser les changements de long terme (voir Mike Lyndon & Anthony Garcia).

Nos questions seront donc de savoir dans quelle mesure l’expérience lilloise porte les germes du « tactical urbanism » et si ces modes d’action publique sont conjoncturels ou structurels. Est-ce c’est un micro-événement conjoncturel lié aux mandats politiques ou est-ce une tendance lourde qui marque la fin (ou le déclin) des grands projets d’infrastructure de transports collectifs autour desquels venaient se greffer les interventions sur l’espace public ?

Hacia una nueva cultura de movilidad urbana

Gouverner les politiques de mobilités partagées :

Quatre équations politiques à résoudre pour les grandes métropoles

Maxime Huré

Maître de Conférences à l’université de Perpignan

Chercheur au CDED de l’université de Perpignan et au laboratoire Triangle – Sciences Po Lyon

Comment gouverne-t-on les politiques de mobilités partagées dans les villes européennes ?

En mobilisant plusieurs exemples de politiques publiques de mobilités partagées dans les grandes métropoles européennes (notamment Paris, Lyon, Barcelone, Bruxelles), ce chapitre invite à s’interroger sur les grands enjeux politiques de l’implantation des dispositifs de vélos en libre service dans les villes européennes au début du XXIème siècle. Depuis le milieu des années 2000, les projets de vélos en libre service se sont rapidement diffusés dans la majorité des métropoles européennes. Si les vertus écologiques de la pratique du vélo ont souvent été mises en avant pour justifier l’implantation de ces dispositifs, de nombreuses critiques ont accompagnées ce mouvement : inégalités dans la couverture spatiale des systèmes, problèmes de financement des réseaux, domination des grandes firmes dans la mise en œuvre et la gestion des dispositifs, inadaptation des projets dans certains territoires, construction d’un marketing politique et territorial, …

Ces critiques sont le résultat de la grande diversité des modèles urbains de mobilité partagées implantés dans les métropoles européennes et de la forte politisation des enjeux de mobilité en ville. Elles confirment notre hypothèse du caractère essentiellement politique de ces dispositifs dans des contextes urbains variés et marqués par de forts enjeux économiques, climatiques et sociaux qui accompagnent les politiques de mobilité urbaine. Dans les nombreux dispositifs de vélos en libre service étudiés, les élus sont confrontés à quatre grandes équations – plus ou moins complexes suivant les contextes urbains – qui s’apparent à autant de choix politiques permettant de mieux comprendre comment sont gouvernées les grandes métropoles européennes aujourd’hui.

Le financement des dispositifs face à l’austérité budgétaire

La première équation politique concerne le financement des dispositifs de mobilités partagées, qui implique la construction du modèle économique choisi. L’austérité budgétaire a souvent justifié le recours aux prestataires privés pour gérer les systèmes, en mobilisant parfois l’argument de la gratuité des services proposés par les firmes. Cependant, plusieurs modèles économiques existent, sont en concurrence, et renvoient à des modèles d’organisation et des choix politiques.

Les grandes entreprises face à la régulation politique des dispositifs

Le plus souvent, les pouvoirs urbains souhaitent attirer des grandes entreprises pour gérer les systèmes de vélos en libre service. Cependant, les institutions publiques sont ensuite confrontées à la régulation de l’activité des firmes sur leur territoire. Ces activités dépassent parfois le seul cadre de la gestion des vélos et engendrent des dépendances fortes entre les pouvoirs publics et les entreprises. Il s’agit pour les institutions publiques de maintenir un certain contrôle dans le déploiement des services.

La standardisation internationale face au gouvernement local

Les dispositifs de vélos en libre service se sont implantés à la faveur d’une forte circulation internationale d’expertise, mettant en avant des acteurs faisant la promotion de solutions standardisées pour les villes. Cette circulation est confrontée à la réception et à l’appropriation de ces dispositifs par les acteurs locaux (habitants, groupe d’intérêt, élus, etc.), pouvant engendrés des conflits sociaux. Les acteurs politiques doivent donc composer avec différents acteurs internationaux et locaux et faire des arbitrages en fonctions des différentes contraintes de l’action publique.

Les besoins sociaux face à la compétition politique

Enfin, l’implantation des vélos en libre service répond souvent à des logiques de positionnement politique et d’agenda. Les dates d’inauguration des dispositifs avant les élections montrent les attentes en termes de retombées électorales pour les élus. Mais les logiques de la compétition politique partisane au niveau local ou de la compétition entre les villes à l’échelle internationale peuvent parfois s’inscrire en contradiction avec les besoins sociaux de mobilité, notamment en termes de couverture spatiale des dispositifs et de tarification.

Les orientations données par les pouvoirs politiques au sein de ces quatre équations montrent que les différents modèles de politiques publiques de mobilités partagées sont davantage guidés par des logiques politiques qui construisent les modèles économiques et influencent les modèles culturels dans le domaine des transports et de la mobilité.

Abstract Session 1 – Hacia una nueva cultura de movilidad urbana

Frédéric HERAN  Université Lille 1

 Les difficultés de la transition écomobile

La transition écomobile est le passage du « tout automobile » à « des rues pour tous ». Elle concerne tous les territoires, mais à des degrés divers et selon des temporalités différentes. Le tout automobile peut être défini comme la priorité accordée à l’automobile en toutes circonstances. Ce paradigme  a été plébiscité pendant des décennies pendant près d’un siècle, mais les considérables nuisances qu’il provoque ont finalement entrainé sa remise en cause. Le paradigme des rues pour tous peut être défini par une inversion des priorités : d’abord les piétons, puis les cyclistes, les transports publics et enfin l’automobile. Sa mise en œuvre entraine de profonds changements non seulement dans la façon de penser les déplacements, mais aussi de concevoir la ville-même.  Cette transition est complexe, car elle génère d’importants décalages temporels et spatiaux liés aux nombreuses inerties dues au bâti, aux réseaux, aux déterminismes sociaux, aux intérêts économiques… La réussite du changement est donc à la fois une question de vision (ou de référentiel), de concertation et de rythme.

Pré-Programa MESCRIM 30 Mai 31 Mai 1er Juin 2018

Cultura territorial, innovación social y reorientación del modelo urbano

al sur de Europa

30 mai 2018 Politicas y modelos de movilidad urbana

La reorientación de las políticas públicas en materia de desplazamientos y movilidad constituye, por tanto, un factor estructurante de la reflexión sobre la coherencia metropolitana. Genera opciones no sólo técnicas, sino visiones políticas relativas a la morfología del espacio urbano y a la organización de las prácticas colectivas o individuales de circulación y ordenación del espacio metropolitano. La sesion cuestiona de forma crítica la realidad y el alcance de las rupturas en las políticas urbanas de movilidad en el escenario post-crisis, reflexionando sobre la forma en que se actualiza y cuestiona el modelo del automóvil (clásicamente factor de metropolitanización, de expansión, de dualidad urbana) mediante iniciativas emergentes que ponen de relieve lógicas económicas, prácticas sociales y formas urbanas alternativas (apoyo a movilidades activas, espacios públicos renovados).

9.00 – 14. 00 Ponencia y Intervenciones de

Frédéric Héran Univ. Lille, Angel Cebollada, Univ. Barcelona, Maxime Huré, Univ. Perpignan, Carlos Lopez Escolano, Angel Pueyo Campos, Univ Zaragoza, Juan Carlos Garcia Palomares, Univ Castilla la Mancha, Carme Miralles Guasch, Univ. Autonoma de Barcelona, Cyprien Richer y Mathieu Rabaud CEREMA Nord Picardie

16.00 17. 30 Encuentro con Giuseppe Grezzi,

Ayuntamiento de Valencia

17.30 19.30 Visita de las obras en la Plaza de la Reina

 

 

31 mayo de 2018  9.00 – 13.30

La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning  

La sesión estudia acuerdos sociales que fomentan la participación ciudadana y se centra en la fabricación de un común a través de diversos prismas. Se abre a ponencias que observen cómo se estructuran y se vuelve a socializar a los colectivos a partir de redes formales e informales para crear participación democrática, reclutamiento y capacitación a través la constitución de escenarios donde se enfrentan actores, intereses y modos de expresión opuestos y se crean nuevas formas de sociabilidad que mitigan la crisis de las formas de reproducción social y responden a visiones del mundo alternativas: sociabilidad, sostenibilidad… El estudio de los dispositivos de experimentación, de mediación y de traducción empleados para crear o mantener estas dinámicas colectivas, prestando atención, por ejemplo, a las tensiones, conflictos y contradicciones potencialmente existentes entre diferentes modelos de acción pública local que se enmarcan en el registro del urbanismo radical o en una perspectiva más reformista y progresiva.

10.00 – 13. 30 Ponencia y Intervenciones de

Ismael Blanco Univ A. Barcelona, Inmaculada Caravaca Barroso Univ Sevilla, Sergio Belda Universidad Politécnica de Valencia, Giovanni Allegretti, António José Pires de Brito, Insitution de Lisbona, Alice Lancien, de Raons Publiques Barcelona, Carlo Salone, Univ Torino, Andrés Walliser, Univ Complutense, Athina Arampatzi Univ Leeds.

 

31 de mayo 2018 14.00 – 19.30

Regeneración urbana, grandes proyectos  y planificación integrada

La sesión recoge estudios que analizan la forma en que la planificación urbana (PGOU pormenorizado, fachada marítima) trata de generar continuidad y coherencia, a la vez política y espacial, a partir de lo fragmentario, contradictorio y conflictivo. Un primer nivel de integración se refiere a la articulación entre principios de urbanismo más sobrios y más sostenibles y el apoyo a la actividad constructiva, evitando, por ejemplo, el riesgo de gentrificación asociado a la reactivación de los mercados inmobiliarios en algunos barrios populares. El abandono de una perspectiva de grandes proyectos puntuales, en ocasiones suspendidos por razones económicas o jurídicas, y de enfoques zonales más integrados, abordando globalmente (es decir, social y espacialmente) el futuro de grandes porciones de espacio metropolitano como la fachada litoral, el centro o las franjas rurales. Especial atención merece la llegada del ‘Community Planning’ (de carácter integral) a la planificación pormenorizada de la ciudad

17.30 19.30 Ponencia y Intervenciones de

Angela D’Orazio y Maria Prezioso Univ Rome “Tor Vergata”, Annick Tanter Toubon EHESS, Dominique Rivière Univ Denis Diderot

1 de junio 2018  9.30   13.30

Nuevos modelos de alimentación, solidaridad ciudad-campo y control del crecimiento metropolitano

Dos de los pilares de la economía valenciana, la agricultura y la construcción, han modificado considerablemente el paisaje de la huerta, un territorio genera grandes rendimientos agrarios, realiza diversas funciones ecosistémicas y representa valores materiales e inmateriales. La extensión metropolitana ha reconfigurado la trama de los espacios abiertos y superficies construidas y, al mismo tiempo, ha generado procesos de valorización y desvalorización. En la actualidad, el impulso a favor de la reconquista espacial y social de este territorio abarca proyectos de recalificación paisajística o de valorización de la cultura alimentaria local. Ello nos lleva a estudiar la forma en que una reapropiación social colectiva de los espacios abiertos, naturales y agrarios) responde a la vez a una reorientación de las políticas sociales, a una visión territorial y a una reorientación del modelo productivo local.

 

9.30 13.00 Ponencia y intervenciones de

Fabio Amato, Univ. Napoli L’Orientale, Sofia Nikolaidou univ Panteion Athenas, Université L’Orientale Naples, Theodosia Anthopoulou Univ Panteion Athenas,, Isabelle Duvernoy Esther Sanz Sanz, Egidio Dansero, Giacomo Pettenati y Alessia Toldo de la Univ de Torino, Christophe Soulard, Coline Perrin, Nabil Hasnaoui y Adrien Baysse-Lainé de INRA Montpellier.

13.00 14.00 Conclusiones del Coloquio valorizacion cientifica, publicaciones posteriores al coloquio, evolucion del Proyecto Métropoles en 2019

Cultura territorial, innovación social y reorientación del modelo urbano al sur de Europa

 Cultura territorial, innovación social   y reorientación del modelo urbano  al sur de Europa

  

PRE PROGRAMA

Valencia 2018 : Un evento del Programa Métropoles : Crises et mutations

El proyecto Metrópolis Españolas, Crisis y Mutaciones (MESCRIM) tiene como objetivo contribuir al estudio sobre los efectos socio-espaciales de la crisis y, en particular, a los estudios relativos a un “urbanismo de la austeridad” y a un urbanismo desterritorializado en las grandes ciudades españolas teniendo en perspectiva otros espacios urbanos de países del norte del Mediterráneo. Se enmarca dentro del programa de investigación   “Metrópolis, crisis y mutaciones” puesto en marcha por la Escuela Francesa de Roma y Casa de Velázquez de 2017 hasta 2019. El objetivo central es considerar la transformación de las espacialidades metropolitanas a la luz de una reflexión sobre las nuevas relaciones de poder y las recomposiciones que originan en materia de política pública y sus efectos sobe la cohesión y justicia territorial.

Valencia : una ciudad donde cuestionar la reestructuración de los poderes urbanos y de las prácticas de acción pública local

La trayectoria histórica de la ciudad representa un caso singular de espiral especulativa sostenida por formas de proximidad y connivencia entre dirigentes y empresarios, especialmente en megaproyectos de construcción y el abandono de cualquier planificación territorial subregional de carácter integrado. Después, y en consecuencia, la suspensión de varios de estos programas y el estallido de una serie de escándalos político-financieros hace de Valencia uno de los símbolos a partir del cual los medios de comunicación nacionales e internacionales construyen un relato de la crisis española en su conjunto. Por último, la ciudad de Valencia representa también un panorama socio-espacial que contribuye a la comprensión de la complejidad de la acción pública post-crisis. La llegada de nuevas mayorías a nivel municipal y regional genera expectativas imperiosas en materia de justicia socio-espacial, así como potenciales conflictos en materia de priorización de la acción pública, sobre todo porque los medios de acción son limitados.

Ponencias y comunicaciones, conferencias, visitas, …

  • El coloquio tiene lugar en la Universidad de Valencia : Sala Tomas Villaroya Facultad de Dret Campus dels Tarongers Universidad de Valencia, Avenida Blasco Ibañez
  • Un encuentro con Giuseppe Grezzi, Concejal de Movilidad, esta prevista en el Ayuntamiento de Valencia el 30 por la tarde, seguida por una visita en la Plaza de la Reina.
  • La sesion del 31 de mayo por la tarde tiene lugar en la autoridad portuaria de Valencia, con una introduccion de Ramon Marrades, director estratégico del Consorcio Valencia 2007

El alojamiento de los participantes esta previsto en la Residencia universitaire Damia Bonet Campus dels Tarongers en Valencia

Para participar

  • La presentación de una comunicación es validada por el Consejo Científico a mediados de septiembre de 2017 y acompañada del compromiso de entregar el texto de la comunicación el 31 de enero de 2018.
  • La participación en el simposio requiere inscripción previa y se limitará a 70 personas, enscribando un e-mail : mescrim2018@gmail.com

 

 

Mise en ligne des présentations du colloque 22 23 mars 2017

Introducción

Nacima BARON

Dominique RIVIERE

 

 

SESSION 1 ¿PLANIFICACIÓN Y REGULACIÓN

DEL CRECIMIENTO METROPOLITANO:

LA BÚSQUEDA DE NUEVOS MODELOS?

 

Jos. Maria FERIA TORIBIO

Crisis inmobiliaria, dinámicas y planificación metropolitana en España

 

Gwendoline de OLIVEIRA Crisis inmobiliaria, dinámicas residenciales

y planificación metropolitana en España

 

Manuel VALENZUELA

El modelo urbano-territorial de la región metropolitana de Madrid. Inercias y factores de cambio. Una aproximación

 

Joan ROMERO, Julia SALOM, Juan Miguel ALBERTOS, Maria Dolores PITARCH y Carme MELO

Planificación y regulación del crecimiento metropolitano en Valencia ¿a la búsqueda de nuevos modelos?

 

Dolores BRANDIS

¿Nuevos tiempos para el urbanismo madrileño?

 

SESSION 2

NUEVAS MODALIDADES DE LA ACCIÓN PÚBLICA

 

Asuncion BLANCO ROMERO

y Maci. BL.ZQUEZ SALOM

Barcelona, marca turística y antagonismo ciudadano

 

Carolina YACAMAN OCHOA Rafael MATA

Planificación estratégica para la preservación y gestión de los espacios agrarios metropolitanos

 

Carlos GOTLIEB

La démarche de projet urbain à Madrid et Barcelone face aux enjeux de la métropolisation

Maria Jesus LAGO AVILA

Las actuaciones de los ayuntamientos de la periferia de Madrid frente a la necesidad de viviendas

 

 

SESSION 3

ALOJAMIENTO Y HÁBITAT EN LAS METRÓPOLIS:

MOVILIZACIONES Y RESPUESTAS POLÍTICAS

Mathias RULL

Avant les « mairies du changement » : mobilisations citoyennes pour une gestion locale participative

 

Diego MIRALLES BUIL

De la rue aux institutions : la reterritorialisation des politiques de logement en question à Madrid et Barcelone

 

Miguel A. MARTINEZ LOPEZ

Social and Political outcomes of the Spanish Housing Movement

Visite de Terrain : Valdebebas, Sanchinarro, Las Tablas

 

Merci à Hernando Soto, de la Junta de Compensación de Valdebebas,

pour son accueil et la qualité de sa présentation autour de la grande maquette d’un des programmes d’aménagement les plus emblématiques de la périphérie madrilène.

Et merci à Maria Jesus Lago d’avoir organisé cette visite de terrain autour  des enjeux de l’adaptation  des programmes immobiliers dans cette période d”‘après-crise”. Nous avons avec elle commencé à aborder avec les enjeux urbanistiques, environnementaux, juridiques du devenir de ces projets interrompus par la crise de 2012 et saisi   toute une série de contraintes, d’obstacles, et d’opportunités. Nous avons longuement questionné les enjeux d’articulation entre les pouvoirs municipaux, régionaux, les promoteurs et les porteurs du projet local. Nous avons aussi abordé la question de l’urbanisme commercial et de la relance des projets tertiaires (bureaux).

Dans la deuxième partie de cette visite de terrain, nous avons parcouru avec Carlos Gotlieb, que nous remercions également sincèrement, le quartier Sanchinarro autour de la thématique du logement et du logement social dans ses dimensions architecturales, urbanistiques et sous l’angle de l’espace public.

 

Bref, une belle introduction pour le colloque qui commence ce matin !!!!

Lancement du programme Ecole Française de Rome 27 – 28 Février 2017

 

Les 27 et 28 février 2017, une quarantaine de chercheurs français et italiens se retrouvent à l’Ecole Française de Rome pour le lancement du programme général METROPOLES CRISES ET MUTATIONS.

La première matinée est consacré aux présentations de chacun des axes. L’Axe 5, concernant les métropoles espagnoles, est présenté et très bien accueilli, les collègues italiens et la collègue grecque se disent intéressés à participer à nos activités en Espagne en 2018 et 2019.

Le reste du séminaire s’organise selon un format de discussions et d’échanges autour des enjeux épistémologiques relatifs aux concepts de “Austérité”, “Solidarité”, “Projet métropolitain”, “Crisis-scape”