Qu’est ce que MESCRIM ? Un programme de recherche sur les Métropoles espagnoles, en CRIse et en Mutation

L’objet scientifique de ce carnet est d’accompagner toutes les étapes du déroulement du programme de recherche porté par la Casa de Velazquez de 2017 à 2019 intitulé “Métropoles espagnoles “. Le site MESCRIM et le programme du même nom interroge la crise et les recompositions du modèle de gouvernance des grandes villes espagnoles dans une perspective pluri-scalaire avec comme point le départ la multiplicité des chocs que le pays a traversés dans la dernière décennies. Depuis 2008 l’Espagne a été confrontée à une série de déstabilisations d’ordre social, économique et politique, qui ont a entraîné un renforcement des querelles territoriales et une inflation des contestations urbaines, débouchant sur un profond renouvellement des cadres de l’action publique locale.

Les travaux de recherche déjà publiés convergent vers un constat clair : la crise a accentué la fragmentation des espaces, renforcé les facteurs d’inégalité et d’opportunité. Après une trentaine d’années de convergence des profils de richesse, des villes ou de quartiers “décrochent”, et les réformes de structure menées par l’Etat, les communautés autonomes ou les municipalités marquées par l’austérité et l’endettement ont fortement accentué les fracture spatiales et sociales et induit l’émergence de nouveaux acteurs, de nouvelles pratiques démocratiques au service de projets locaux reformulés L’analyse porte sur deux champs des politiques urbaines.

Premièrement, l’axe pose la question : comment continuer à produire la ville  ? En effet, les excès spéculatifs de la production urbanistique sont connus et il s’agit maintenant de comprendre comment les municipalités négocient une sortie ou une suite de cette logique et mettent en œuvre un nouvel agenda intégrant les enjeux fonciers, urbains, et sociaux de la construction, dans un cadre négocié avec les autres acteurs institutionnels, avec les forces économiques et les pressions de la société civile. Pour cela, l’axe analyse le devenir de grands programmes des grandes infrastructures, les évolutions du paysage urbain, les controverses surgissant du portage de projets d’aménagement. L’objectif est de fournir une vision critique de la manière dont les politiques métropolitaines entrent en tension entre une logique de développement fondé sur les valeurs libérales, que de puissants intérêts forcent à respecter, et une logique locale.

Deuxièmement, le programme analyse les représentations de l’action publique, les transformations de la culture civique, l’expression des mobilisations locales, la formulation des revendications pour une compréhension renouvelée des modalités d’expression citoyenne dans ces métropoles en crise. En ce sens, les débats éclairent aussi comment les transformations des pratiques de la mobilisation remettent en question l’idée d’occupation de l’espace public, et renouvellent les modalités de représentations de l’espace urbain comme espace de production d’un nouveau discours politique.


4 réflexions au sujet de « Qu’est ce que MESCRIM ? Un programme de recherche sur les Métropoles espagnoles, en CRIse et en Mutation »

  1. Au tournant des années 2000, l’Espagne est arrivée à une situation où l’appât du gain des promoteurs immobiliers a conduit à la multiplication de « villes nouvelles » et à la construction de quartiers souvent éloignés des transports et des infrastructures publiques. Durant ces années, les élites politiques, elles-mêmes, ont soutenu des projets immobiliers peu viables dans leurs villes et leurs régions. Cette « folie de grandeurs » a mis en évidence les rapports très étroits qui existent entre l’urbanisme, le cadre politique et la conjoncture économique dans l’Espagne d’aujourd’hui.

  2. Au tournant des années 2000, l’Espagne est arrivée à une situation où l’appât du gain des promoteurs immobiliers a conduit à la multiplication de « villes nouvelles » et à la construction de quartiers souvent éloignés des transports et des infrastructures publiques. Durant ces années, les élites politiques, elles-mêmes, ont soutenu des projets immobiliers peu viables dans leurs villes et leurs régions. Cette “folie de grandeurs” a mit en évidence les rapports très étroits qui existent entre l’urbanisme, le cadre politique et la conjoncture économique dans l’Espagne d’aujourd’hui.

  3. En effet, la crise n’a pas été seulement crise économique mais d’idées et, comme toute crise, elle a eu un effet salutaire: elle favorise la mise en question des idées qui se sont cristallisées concernant la production de la ville, où l’on a conçu l’urbanisme comme une discipline au service de la production de richesse, s’éloignant de plus en plus de ses valeurs de discipline au service du progrès social.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.