Session 3 Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Annick TANTER-TOUBON 

EHESS CRH/ GGH Terres 

Vers de nouvelles formes d’annexion. Ivry-Port sous l’emprise de la métropolisation 

C’est par la loi du 16 décembre 2010 que le statut de métropole a été créé en France. Quatre ans après, une autre loi portant sur la modernisation de l’action publique territoriale les a consacrées en renforçant leur statut. La métropole du grand Paris a vu le jour au 1er janvier 2016. Cet établissement de coopération intercommunale à fiscalité propre réunit 131 communes et supprime les anciennes intercommunalités au bénéfice de 11 territoires (Paris excepté) dotés chacun d’un établissement public territorial sans fiscalité propre. Délimités encore provisoirement, ils l’ont été sur la base des documents stratégiques antérieurs qui ont jalonné l’histoire de la planification de la région parisienne, et des intercommunalités préexistantes. 

C’est Paris Métropole (le nouvel ECPI) qui est chargé entre autres compétences de l’aménagement de l’espace métropolitain, essentiellement des documents stratégiques. Les compétences opérationnelles sont partagées avec les territoires en fonction de l’existence d’un “intérêt métropolitain” qui n’est pas encore totalement défini. En dépit d’une volonté affichée de ne pas construire la métropole par le haut, le cadre posé apparaît hyper centralisateur d’autant plus que les actions structurantes en matière de transport conduites par l’Etat et la Région, Paris Express et la réalisation d’une soixantaine de gares prédéterminent assez largement les opérations à engager. Pour accroître la visibilité de la nouvelle institution et affirmer un certain degré d’autonomie locale, c’est à dire suggérer une construction par le bas, un appel à projet « Inventons la métropole » a été lancé en direction des municipalités qui apportent le foncier (60 sites retenus) à des groupements librement constitués et de toutes nationalités. : investisseurs, promoteurs, architectes, urbanistes, start-up, association ou communautés citoyennes. 

Cette nouvelle construction institutionnelle sera-t-elle en mesure de combattre les effets les plus négatifs du processus de métropolisation à l’oeuvre dans la région parisienne dus à la mise en concurrence accélérée des territoires ces dernières années et qui paraissent quasi inéluctables: hyper-concentration du tertiaire supérieur dans le centre, refoulement des couches populaires dans les espaces délaissés ou les moins convoités, ségrégation croissante, déséquilibres internes accrus entre l’Ouest et l’Est, le Nord et le Sud, logement dramatiquement insuffisant des populations pauvres et précaires, disparition accélérée des quartiers refuges dans les communes de la proche couronne. Comment et sur quelle base sera défini « l’intérêt métropolitain » quand les territoires sont aussi disparates et les processus de différenciation sociale et spatiale aussi avancés? 

S’il est prématuré de répondre à cette interrogation, il est possible de tracer quelques constats à partir d’opérations en cours dans des secteurs opérationnels issus à la fois de la planification directive et de volontés locales de s’inscrire dans la métropolisation ou de la contrecarrer. Car on peut considérer que le Grand Paris existe déjà (ou du moins que divers mouvements le préfigurent) et qu’il n’a pas attendu son incarnation institutionnelle. Le support de la réflexion sera une opération engagée depuis plusieurs années et qui a pris assez récemment une ampleur régionale: l’opération Confluence dans le quartier d’Ivry-port à Ivry- sur- Seine, l’une des 

entrées du territoire 12, le plus peuplé de la métropole du Grand Paris. Cette opération apparait à plusieurs titres emblématique des enjeux propres à l’extension de la centralité parisienne. 

Inscrite dans la banlieue rouge avant-guerre, Ivry, comme une partie du Val de Marne, est demeurée une expression forte du communisme municipal, caractérisé par des politiques d’équipements publics et de logement social ainsi que de contrôle des transformations urbaines par la maîtrise foncière, l’intervention en régie directe ou moyennant la création de SEM municipales. Confrontée à l’érosion de la base industrielle que lui avait assurée la Seine, à la perte de ses emplois, et de ses ressources financières, Ivry en association avec les communes proches de Vitry et de Choisy (avec lesquelles elle avait formé une communauté d’agglomération en 2013, aujourd’hui caduque) entendait relever le défi du rééquilibrage des emplois vers l’est prôné par le schéma directeur et la ville de Paris, en bénéficiant de la proximité de la Zac Rive gauche à Paris. Confluence, au départ simple opération de conversion de parcelles industrielles a progressivement changé d’échelle : 1,3 million de m2 sur 145 ha d’ici 2020, répartis de façon « équitable », 50 % pour les activités économiques, 40 % pour l’habitat (dont la moitié en logement social), 10 % pour les équipements (grands et de proximité). Se constituerait ainsi un « pôle économique, social et environnemental » capable d’entrer en concurrence avec la capitale compte-tenu de son site unique (la confluence de la Seine et de la Marne) et de sa contribution au projet de réhabilitation du fleuve partagé avec les autres communes de Seine-Amont. La dynamique de recherche et d’innovation, d’ores et déjà liée à la présence du plus grand centre hospitalier gériatrique européen y offre l’une des perspectives de spécialisation (« Silver valley ») sous forme d’un pôle scientifique à caractère international. Autant de puissants appels à la transformation sociale. 

Les atouts fonciers de la municipalité sont supposés permettre le maintien d’une capacité d’orientation forte au sein du partenariat public privé de nature à assurer la présence de logement social mais le logement social lui-même a changé de « profilage ». Quel sera la part du logement très social ? Le relogement des habitants les plus précaires, ainsi que l’indemnisation au juste prix des petits propriétaires, nécessitent pour l’heure des mobilisations locales, le respect de ces garanties étant loin d’être assuré. 

Sur le terrain, à l’image de ce que fut la reconquête des docks à Londres, les formes et la qualité des espaces et des populations s’entrechoquent, de même que les échelles du bâti. Hauts immeubles de bureau vacants en front de Seine, gentrification d’anciens locaux d’entreprises au long des voies ferrées et, entre les deux, dans les voies anciennes maisons basses ou immeubles plus bourgeois de cinq étages condamnés à la dégradation en l’attente de mutations et d’expulsions. 

Emblématique aussi par les luttes qui s’y développent au nom de la défense de sa population actuelle, de sa tradition populaire, de son histoire syndicale et politique. Penser la ville et le territoire à partir des habitants et non des conquérants et du marché, comme l’expriment bien les collectifs locaux qui s’organisent en Ile de France contre le projet de métropolisation et ses grands évènements défricheurs d’espaces comme les JO, constitue bien le moteur d’une mobilisation innovante (squatts ouverts sur le quartier, journaux, actions de sensibilisation, marches) qui place Confluence au rang des « projets inutiles ». Mais l’absence d’un projet alternatif témoigne sans doute à sa manière de ce que le projet municipal conserve une certaine part de légitimité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.