Session 3 Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Dominique Rivière, université Paris Diderot, UMR Géographie-cités

Le littoral dans le modèle métropolitain romain: quelle culture territoriale dans le contexte de la crise  ?

On peut entendre la culture territoriale à la fois comme le système d’acteurs (locaux mais aussi nationaux, régionaux etc) et de normes sous-tendant l’action publique territoriale et comme un ensemble de ressources liées au territoire valorisées/valorisables par ce système. En se centrant sur le littoral romain, cette communication voudrait esquisser quelques pistes de réflexion sur les pistes d’émergence d’une hypothétique culture territoriale en les replaçant dans une perspective plus longue, sur le jeu des acteurs qui les sous-tend et parfois les limite. L’intérêt du littoral romain est en l’occurrence qu’il s’agit d’un cas avéré de crise pour la notion même de culture territoriale, qu’on la prenne sous l’angle du système d’acteurs ou des ressources. Il a été en effet à l’épicentre de la crise « mafia capitale » qui a récemment touché la capitale italienne. Au-delà de l’aspect politique et judiciaire de cette crise, dont l’impact se fait toujours sentir, le littoral apparaît comme une zone sensible de la métropolisation romaine. Structurellement marqué par d’importants conflits d’usage, la crise récente s’y manifeste à la fois par des grands chantiers aménagements restés en suspens et l’émergence de formes ténues de valorisation des ressources territoriales, qui laissent augurer de possibles voies alternatives de développement.

-Le contexte. Contrairement à la plaine de Valence, le littoral romain a eu une mise en valeur très tardive–bonifications issues des grands travaux de la fin du XIXè siècle et surtout du fascisme-, à l’instar de nombreuses plaines méditerranéennes, mais avec un caractère radical lié au rôle de vitrine du régime que tenait la capitale. Cet héritage reste prégnant dans un certaine « culture territoriale » officielle, si l’on définit comme telles les représentations dominantes du territoire des acteurs locaux. Pourtant, elle ne correspond qu’à une partie d’une réalité aujourd’hui essentiellement composite, de périphérie métropolitaine : l’après-guerre a bouleversé cette strate initiale -la plaine pontine par exemple était alors décrite comme le far west du latium dans les années 50- avec aujourd’hui des imbrications d’usage :città diffusa, tourisme balnéiare, pêche, logistique portuaire et surtout aéroportuaire (Fiumicino), industrie (plaine pontine), mais encore et aussi agriculture –l’une des plus grande fermes d’Italie aux portes de Fiumicino, et aux mains de Benetton, lui-même gestionnaire de l’aéroport L da Vinci, mais aussi de nombreuses réserves naturelles et/ou archéologiques plus ou moins effectives, dont la valeur sociale reste limitée car elles restent dans l’ensemble peu ouvertes à un usage public/récréatif (réserve du littoral romain). Ces superpositions/conflits/hiatus d’usage sont aussi temporels –l’aéroport, qui est le principal hub italien, aujourd’hui affecté par la crise d’Alitalia jouxte ainsi les restes archéologiques de ce qui fut le plus grand hub portuaire de l’antiquité, le port de Claude et Trajan près d’Ostie antique. Ces imbrications d’usage renvoient à un autre point structurel, l’ambivalence du rôle assigné au littoral dans la croissance métropolitaine romaine, alternant entre statut de zone stratégique voire d’appendice de la zone centrale –sous le fascisme bien sûr, mais aussi dans les années 50-60, avec une reprise partielle de ce rôle à partir de la fin des années 2000 dans le contexte métropolitain- et « impensé » de l’aménagement métropolitain –en particulier dans les années 70 80 mais cela reste vrai à de nombreux égards aujourd’hui. Enfin, un jeu d’acteurs où le pouvoir local est structurellement « faible » que ce soit par rapport à la construction abusive ou par rapport aux « grands acteurs » du productif (la plaine pontine dans les années 60-70) ou/et de l’immobilier (Fiumicino, Ostie aujourd’hui)

 

A partir de ce contexte, quelques pistes se dégagent pour la construction d’une culture territoriale sur le littoral romain.

  • La crise des subprimes a un effet ambivalent sur le modèle métropolitain qui investit le littoral : elle atténue la pression de la logique des grands chantiers –sans la faire disparaître loin s’en faut –, autorisant ainsi l’émergence de nouvelles formes de valorisation du territoire, y compris de type patrimonial. Le jeu des acteurs voit émerger de nouvelles formes, des hybridations public-privé (cf. par exemple Benetton mobilisé par la Surintendance dans la valorisation patrimoniale du Paort de Trajan) mais reste foncièrement déséquilibré. On peut même poser l’hypothèse que la crise a accru ces déséquilibres –avec une difficulté pour les acteurs institutionnels locaux à maitriser un jeu toujours plus mouvant (Fiumicino), et une importante conflictualité autour des projets de grands chantiers.
  • On peut poser l’hypothèse que les cloisonnements administratifs anciens –plaine pontine autonomisée de Rome dans les années 40- ou récents –autonomisation de la commune aéroportuaire de Fiumicino dans les années 90- sont réactivés plus que dépassés pour l’heure par la città metropolitana (loi Delrio de 2014) – la crise mafia capitale a contribué elle aussi au retard de sa mise en place. A un autre niveau, il faut aussi s’interroger sur le rôle des cultures politiques, la façon dont elles jouent comme ponts entre anciennes et nouvelles formes de mobilisation autour du territoire (exemple Comitato Fuori pista, Comitato per il parco archeologico).

Cette communication mobilise des travaux effectués dans le cadre des programmes de l’EFR –Bouches du Tibre 3000 ans d’histoire, Métropoles et Italie recompositions territoriales, ainsi que des travaux antérieurs (Rivière, L’Italie et l’Europe, vues de Rome, Paris, 1996).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.