Capacidad política local, la experiencia de Barcelona en perspectiva.

El Institut de Govern y polítiques públiques IGOPP de la UAB, El Departamento de Geografia TUDISTAR de la UAB, el Groupe de Travail Production urbaine et Marchés du LABEX Futurs urbains Paris Est estancia preparando el 20 y 21 de junio 2019 el seminario :

Capacidad política local,

la experiencia de Barcelona en perspectiva.


En 2019, unas semanas después del cierre de un ciclo político municipal, el seminario ofrece la oportunidad de cuestionar la noción de “municipalismo” en un contexto de presiones, limitaciones y oportunidades. 
Tres sesiones de trabajo, una mesa redonda y una visita con agentes locales ponen  en perspectiva, desde casos franceses e italianos, la experiencia y la acción del consistorio de la ciudad de Barcelona en materia de gobierno de la  vivienda y del turismo.

Las proposiciones de comunicaciones se pueden enviar a nacimabaron@gmail.com


Les capacités politiques à l’échelle locale,

l’expérience de Barcelone en perspectives

En 2019, quelques semaines après la fin d’un cycle municipal, le séminaire offre l’opportunité de questionner la notion de municipalisme dans un contexte de pressions, contraintes et opportunités. Trois sessions de travail, une table ronde et une visite sur le terrain avec des acteurs urbains seront proposés. Cela fournira l’occasion d’analyser les conditions de l’action et de l’expérience municipale barcelonaise dans le domaine des politiques du logement et du tourisme, en perspective avec des cas français et italiens.


Political capacities of the local, Barcelona’s experience in perspective

 

In 2019, a few weeks after the closing of a municipal political cycle, the seminary offers the opportunity to question the notion of municipalism in a context of pressures, contraints and opportunities.Three working sessions, a round table and a visit with partners will give the possibility to put the experience and action of Barcelona’s municipality in housing and tourism in perspective with french and italian cases.

Les Actes du colloque de Valencia sont édités !

A travers une exploration multidisciplinaire des notions de culture territoriale et d’innovation sociale, ce livre, tiré d’un colloque organisé à l’Université de Valence dans le cadre d’un programme de recherche international “Métropoles”, analyse les processus contemporains de recomposition sociale, économique et territoriale des métropoles du Sud de l’Europe à partir du cas de Valencia.

 

Les apports originaux de ce projet scientifique reposent sur trois points. D’abord, la conceptualisation transdisciplinaire de la notion de “communs” dans le cas valencien, espagnol et plus largement méditerranéen. Ensuite, la méthode de recherche, qui construit une approche processuelle des transitions territoriales et qui explore les marges de manoeuvre et les nombreux conflits qui agitent les gouvernements locaux. Enfin, il aborde de manière approfondie deux politiques sectorielles utilisées comme des leviers majeurs de changement : les politiques de mobilité et les relations ville campagne.

L’ouvrage, de plus de 400 pages, est publié aux Editions de l’Université de Valencia 

http://puv.uv.es/cultura-territorial-e-innovacion-social.html

Cabanyal : un quartier littoral en voie de reconquête

Le « Cabanyal » est un quartier de Valence, dont l’origine est ancienne. Avant le 17esiècle, des cabanes en joncs abritaient les pêcheurs et le petit peuple de la mer. Depuis le 19esiècle, des rues étroites, un alignement de maisons basses, certaines franchement vétustes, et quelques grands ensembles qui marquent l’identité et le passé du quartier : une fabrique de glace, une ancienne usine … . Le quartier est resté peuplé par une population essentiellement modeste, mêlant l’ancienne couche ouvrière, différentes communautés immigrées (maghrébine, africaine, sud-américaine, asiatique) et des étudiants,  du fait de la proximité du campus universitaire de la ville.

La mairie a annoncé voici un peu plus d’une dizaine  d’années un projet qui a mis le feu aux poudres. Il s’agit d couper le quartier en son centre, sur une tranchée de 100 mètres de large, pour prolonger l’avenue Blasco Ibañez jusqu’à la mer et, à cette occasion, réhabiliter, sinon « nettoyer »  cet ensemble urbain que menacent la dégradation architecturale et la marginalisation sociale. La visée générale du projet d’urbanisme est de modifier totalement le paysage, le peuplement et les fonctions de ce morceau de ville, qui doit recevoir de nouveaux ensembles d’immeubles et de bureaux modernes de part et d’autre de l’avenue. Il faut noter que ce programme n’a rien d’étonnant en soi. Il s’ajoute à une longue liste  de très grandes opérations d’urbanisme qui ont profondément bouleversé le tissu urbain et le visage de la métropole valencienne. Parmi les opérations les plus emblématiques, on peut citer le déplacement du lit du Turon, puis le réaménagement du port de Valence avec la construction d’un opéra et d’une cité scientifique, mais aussi l’érection de nouveaux quartiers périphériques. La ville est donc un immense chantier, comme tant de villes espagnoles depuis une quinzaine d’années. Le projet de Cabanyal n’est qu’un exemple de plus du mouvement de modernisation qui saisit la société et l’économie du Levante (comme de la capitale). Les édiles portent ce projet mais se tournent également vers un programme autrement plus ambitieux : eux qui accueillent le train à grande vitesse en provenance de Madrid le 19 décembre prochain, remodèlent complètement le quartier de la future gare (Parque central) sans s’embarrasser de questionnements caractère  social ou patrimonial.

Et pourtant, l’opération Cabanyal est en train de tourner au cauchemar politique, tant pour la mairie de droite, qui a dû temporiser et arrêter les premières démolitions, que pour l’opposition de gauche qui prépare les élections municipales de mai prochain mais ne parvient pas toujours à délivrer un message clair. Cabanyal s’est révolté, et beaucoup d’institutions : la mairie, l’exécutif régional,  les services de l’Etat, la chancellerie de l’Université, les partis politiques locaux, … Jour après jour, ois après mois, les manifestations et les contre-manifestations, les tables-rondes et les appels aux médias, montrent que toutes les couches de la population valencienne agissent et réagissent, que les gens de la rue, les intellectuels, les hommes d’affaire prennent position. Le « cas Cabanyal » montre que la population espagnole n’est pas, comme on peut le dire trop vite, lassée de sa classe politique et dépassée par les excès d’années de spéculation et de corruption immobilière. Cabanyal est le reflet d’une bataille dont l’issue est encore ouverte, mais dont on peut donner simplement l’orientation actuelle.   

Tout a commencé par l’annonce du projet de percement du quartier et par la présentation par la mairie d’un plan de réhabilitation (PEPRI) dans lequel une majorité d’habitants ont vu trois dangers. D’abord, le danger d’un projet dicté par une idéologie moderniste et techniciste, consistant à soumettre l’aménagement urbain aux besoins de l’automobile et non l’inverse. Ensuite, le danger d’une opération de curetage qui déplacera des populations socialement fragiles, alors que le besoin de logements accessibles est plus que jamais urgent (surtout pour les jeunes, qui peuplent l’Université toute proche). Enfin, le danger d’une destruction irrémédiable d’un ensemble urbain dont la valeur est certes attachée à quelques monuments (la Lonja de los pescaderos), mais aussi et surtout à un environnement architectural global, ce qui a conduit le gouvernement central a édicter un règlement de protection patrimonial du périmètre du Cabanyal au titre de bien culturel. Cette labellisation et la bataille contre la montre du monde associatif (refus de cession foncière à l’opérateur foncier municipal en charge du programme Cabanyal 21, recours devant le tribunal constitutionnel) ont réussi à retarder la mise en œuvre du chantier.

Aujourd’hui, Cabanyal est devenu une sorte de symbole de la résistance citoyenne. L’écho national dont cette affaire fait l’objet prouve que les Espagnols veulent changer de modèle urbain et qu’ils sont relativement matures pour cela. La population – et les médias – ont dépassé le stade de la dénonciation de la crise urbaine et de son cortège d’excès et de scandales. Par rapport aux années de summum de la bulle immobilière (2006 -2007) où les discours sur la pathologie urbaine tenaient plutôt de l’exorcisme, l’heure est à une approche plus pragmatique et plus responsable. Les observateurs politiques en Espagne « prennent à témoin » les événements en cours à Cabanyal pour mettre en perspective la question de l’aménagement et, au-delà, des enjeux politiques. Au-delà des débats auxquels a donné lieu le contre-projet d’aménagement proposé par les socialistes valenciens, projet encore assez timide par ailleurs, Cabanyal donne l’opportunité de « repolitiser » la scène publique et d’aborder une multitude de questions de fond : la place de la société civile, la question de la gouvernance locale, l’existence possible d’un patrimoine urbain vivant et non muséifié … Quelle que soit l’issue judiciaire et opérationnelle, Cabanyal marquera son temps. 

Légende de la photo : L’association Poblados del Mar fait visiter le quartier Cabanyal aux membres du colloque le 1er juin 2018

Retour sur le Colloque de mai juin 2018

 

Le colloque étudie la transformation des politiques urbaines en Espagne et dans d’autres villes méditerranéennes à la lumière d’une réflexion sur les nouveaux rapports de pouvoir dans l’espace local en introduisant et discutant deux concepts : la culture territoriale et l’innovation sociale. Il part de l’expérience de Valence, où la violence de la crise puis l’alternance municipale et régionale ont entrainé des attentes en matière de justice spatiale et des conflits relatifs à aux formes et aux choix de priorisation de l’action publique.

Deux sessions organisées le 31 mai travaillent sur la.promotion de la participation citoyenne, la production de communs et  la façon dont la planification tente de réinsuffler de la continuité et de la cohérence, à la fois politique et spatiale, à partir d’actions fragmentaires, contradictoires et conflictuelles.

Deux sessions thématiques, l’une le 30 mai, l’autre le 1er juin, abordent également ces défis à travers le prisme des nouvelles politiques de mobilité (le 30 juin) et dans la perspective des dynamiques récentes de la gouvernance des systèmes agro-urbains (le 1er juin).

Le programme du colloque alterne des introductions théoriques et critiques, des communications, deux tables rondes avec des responsables territoriaux et des rencontres avec des acteurs de terrain.

Image : Photo de groupe à la Marina Vel i Vents, le 1 juin 2018

Culture territoriale, innovation sociale, 

et réorientation des modèles urbains
à Valence et en Europe du Sud

30, 31 Mai, 1 juin 2018   Colloque international  Université de Valence  

28 Av. Blasco Ibañez Valencia  

Comment s’inscrire et lieu du colloque : voir en fin de document  

30 MAI 2018   Salón de Grados 1er piso de la Facultad de Geografía e Historia Campus Tarrongers

9.00 Bienvenue Josep Montesinos. Decano de la Facultad de Geografía ,  Joan Noguera Directeur IDDL

9.15 Ouverture Michel Bertrand (Casa de Velázquez)

9.30 Objectifs scientifiques Nacima Baron (U. Paris Est)

Session thématique (1) : Politiques locales de mobilité, enjeux de pouvoir  

Modérateurs : JM Albertos (U. Valencia) , N. Baron (U. Paris Est)

  1. 00 Keynotes

Carme Miralles-Guasch Guillem Vich Xavier Delclòs-Alió (U.A.B) La movilidad sostenible se juega en las escalas metropolitanas

Frédéric Héran (U. Lille 2) – Les difficultés de la transition écomobile


  1. 00  Communications

Ángel Pueyo Campos Carlos López Escolano (U. Zaragoza) Desplazamientos sostenibles y conflictos ciudadanos: la implantación y desarrollo de la movilidad en bicicleta en Zaragoza

Cyprien Richer Mathieu Rabaud (CEREMA Lille) Modes actifs au centre, voiture en périphérie : un modèle de mobilité inéluctable pour la métropole de Lille ?

Gustavo Romanillos Juan Carlos García Palomares (U. Complutense Madrid) Nuevos datos para una nueva cartografía de la movilidad ciclista en la ciudad

Azahara Sillero Angel Cebollada (U. A de Barcelona) Un nuevo boom de la bicicleta : Conflictos y resistencias en la Barcelona del siglo XXI

Diego Ortega Botella La ciudad amable y el poder de los movimientos ciclistas


14.00 Débat puis repas (Cafeteria de la Faculté de Géographie) transfert Edif. Tabacalera C/ A. de Saboya 11


17.00 – 20.00 Rencontre avec des acteurs urbains.

Echange avec l’adjoint en charge des mobilités et parcours cycliste en ville puis dîner et soirée libres


31 MAI 2018   Sala Tomas de Villarroya Facultad de Derecho Campus Tarrongers

Session 2 : Politiques d’innovation sociale et communs

Modérateurs : Julia Salom (U. Valencia) y Dominique Rivière  (U. Denis Diderot)

9.00 Keynotes 

Ismael Blanco (U.A.B) ¿Frente a la desigualdad social, innovación social? Lecciones teóricas, políticas metodológicas de una investigación en Catalunya

Inmaculada Caravaca (U. Sevilla)  Crisis, transformaciones urbanas e innovación social en Sevilla: contrastes y complejidades


  1.   Communications

Sergio Belda-Miquel, Alejandra Boni Aristizábal, Victoria Pellicer-Sifres (U. P. de Valencia) Repensando la acción pública para acompañar la construcción de nuevos modelos sociales desde abajo

Athina Arampatzi (U. A. de Madrid) – Social participation and alternative economies in the post-crisis city of Athens

Pascale Froment (U. Paris 8) – Innovation sociale, « lieux communs » et action publique locale :  expériences napolitaines

Julia Salom Maria Dolores Pitarch (U. de Valencia) – Actores y redes en la innovación social: el caso de la ciudad de Valencia

Andrés Walliser, Rosa de la Fuente (U. A. de Madrid) – Los nuevos activismos urbanos

Giovanni Allegretti (U. Coimbra) Re-centering the right to the city in Lisbon: post-austeritarian trends in the housing domain

Carlo Salone (U. Torino) Contested urban regeneration in deprived inner areas. Practices, policies in Barriera di Milano, Turin

Diego Miralles Buil (U. Lyon 2) – El hábitat cooperativo, de la innovación social y la creación de nuevos comunes territoriales


14.00 Repas Cafetería Facultad de Derecho transfert à la Marina de Valencia


31 mai 2018  Marina de Valencia

Session 3. Planifier les aires métropolitaines après la crise

Modérateurs : Mathieu Petithomme (U. Besançon) Joaquín Farinós  (U. Valencia)

16.00 Keynote. Ramón Marrades Sempere : La apropiación ciudadana y la activación productiva del frente marítimo de la ciudad


16.30 Communications

Maria Prezioso, Angela D’Orazio (U. Tor Vergata) Les enjeux de la régénération urbaine: Rome, le changement inachevé

Dominique Rivière (U. Denis Diderot)  Le littoral dans le modèle métropolitain romain: quelle culture territoriale dans le contexte de la crise ?

Annick Tanter-Toubon, JC Toubon (EHESS, U. Paris Est) Ivry et le Grand Paris : positionnement, compétition et changement social

Joaquín Fariñós, Enrique Peiró, Andrés Gomis (U. de Valencia) Planificación y ordenación territorial en espacios metropolitanos en España


19.00 21.00 Rencontre avec des acteurs urbains

Vicent Domenech Présentation des plans territoriaux régionaux

Association Poblados del Mar Visite guidée du quartier Cabanyal


21.00 Dîner officiel du colloque  à la Marina


1 juin 2018 Sala Tomas de Villarroya Facultad de Derecho  Campus Tarrongers

Session thématique (4) 

Dynamiques politiques aux marges métropolitaines

Modérateurs : Coline Perrin (INRA)  y Juan Romero (U. Valencia)


9.00 Keynotes

Coline Perrin C-T Soulard, Adrien Baysse-Lainé Nabil Hasnaoui (INRA Montpellier) L’essor d’initiatives agricoles et alimentaires dans les villes françaises

Rafael Mata (U. A. Madrid) – Balance y desafios de la agricultura periurbana a la luz de la experiencia de España


10.00 Communications 

Nikolaidou Sofia (U. Panteion Athenas) – Metropolitan initiatives for ‘food justice’: rural-urban solidarity in Greece

Carme Melo (U. de Valencia) – City and country relationships  in the metropolitan area of València

Giacomo Pettenati,  Egidio Dansero (U. Torino) – Alternative food networks and food citizenship in turin metropolitan area

Esther Sanz Sanz, Carolina Yacamán, Rafael Mata Olmo (U. A. de Madrid)Sistemas agroalimentarios:  apropiación del territorio a través de la alimentación. los ejemplos de Aviñon y de Madrid

Carles Sanchis Ibor, Pedro Cerrada Serra y Dionisio Ortiz Miranda (U. P. de Valencia) – Huerta y ciudad en València : reconexión de un sistema agrourbano

Isabelle Duvernoy Liliane Sochacki (INRA Toulouse) – Installer de nouveaux maraîchers pour construire un système alimentaire métropolitain – Publicisation, formes d’appropriations de l’espace agricole et coexistence des usages


Débat et conclusion du colloque puis repas libre


16.00 18.00 Réunion de travail ouverte à tous les intervenants :

Valorisation scientifique et préparation du projet de colloque 2019 à Barcelone


L’inscription est libre et gratuite 

Envoyer un mail avec nom prénom statut à nacimabaron@gmail.com


Lieu du colloque

Av. de Blasco Ibáñez, 28 – Google Maps

Session 4 POLITICAS Y MODELES DE MOVILIDAD URBANA

LA MOVILIDAD SOSTENIBLE SE JUEGA EN LAS ESCALAS METROPOLITANAS

Dra. Carme Miralles-Guasch

Departamento de Geografía Universitat Autònoma de Barcelona (UAB)

 

 

La movilidad sostenible no se juega sólo en el campo del transporte y los desplazamientos. Aunque, si bien es cierto que la distribución modal de una metrópolis determina los niveles de sostenibilidad de esta, ja que más proporción de desplazamientos en medios activos (a pie y en bicicleta) y en transporte público significan menos niveles de contaminación y consumo energético. También lo es que, para que estos transportes puedan utilizarse, el territorio metropolitano requiere de unas características urbanas y de una planificación territorial adecuada. Las localizaciones de las actividades urbanas tienen que expresar concentración y mixticidad de usos, la distribución de la población un mínimo de densidad y las metrópolis tiene formularse desde los conceptos de redes y de nodos. Y todo ello lleva a replantearnos la idea de juego de escalas metropolitano.

Muchas de las áreas metropolitanas se han formado alrededor de ciudades centrales maduras, con alta densidad de población y con una jerarquía urbana muy marcada. Sin embargo, hace ya algunas décadas, en el pensamiento urbano subrayan las dinámicas territoriales, desde la expansión y la extensión territorial, ahondado en el incremento de distancias entre las distintas funciones urbanas. A nivel de vida cotidiana esto significa aumentos de distancia y de tiempo de movilidad de los ciudadanos para realizar sus actividades cotidianas, especialmente los viajes casa-lugar de trabajo. A nivel de planeamiento urbano y territorial estas dinámicas se han visto respaldadas por los postulados apuntados por el Funcionalismo de principios de siglo XX, siendo uno de los elementos más visibles la fragmentación y la localización diferenciada de las actividades y la construcción de infraestructuras viarias de gran capacidad.

Sin embargo, está apareciendo, en contraposición a estos análisis más tradicionales, una revisión crítica que permite apuntar otras dinámicas territoriales, bajo geometrías más complejas y donde los polos de dinamismo se multiplican. Una de estas líneas críticas es la que subraya las dinámicas de proximidad urbana. Esta línea se centra en estudiar la intensidad de uso de la ciudad cercana para observar en qué medida la población de un área urbana recurre a su entorno más próximo para dar respuesta a sus necesidades. Estas dinámicas de proximidad favorecen la aglomeración espacial de las actividades, mantienen un uso intensivo del espacio y siguen exigiendo el contacto directo y personalizado. Este análisis se arraiga en los trabajos realizados por Jane Jacobs, (1961).

El reconocimiento de esta doble dinámica urbana que se expresa, por un lado, a través de los fenómenos de ampliación de la ciudad, ahondado en la separación entre actividades y funciones urbanas a través de las autopistas, y por el otro, subrayando los procesos de concentración y de multifuncionalidad, está directamente relacionada con la movilidad sostenible.

Session 4. Politicas y modelos de Movilidad Urbana

La (re)introducción de la bicicleta en la ciudad. Nuevos conflictos y disputas en el espacio público de Barcelona

Azahara Sillero y Àngel Cebollada

Departamento de Geografía

Universitat Autònoma de Barcelona

 

En el proceso de transición desde el paradigma de la modernidad hacia un escenario de mayor sostenibilidad, asistimos a un considerable aumento del uso de la bicicleta en los desplazamientos cotidianos de nuestras ciudades. Se impulsa el uso de este medio de transporte desde las administraciones locales mediante distintas políticas, no siempre integradas y a veces parciales. Esto ha provocado que la irrupción de la bicicleta no se haya correspondido, en muchas ocasiones, con un retroceso del espacio para el coche. La incorporación de nuevas infraestructuras ciclistas (en general insuficientes) en la ciudad consolidada ha llevado a la bicicleta a compartir y competir por el espacio con modos motorizados y activos. Esta etapa de tránsito y redistribución de los usos no está exenta de conflictos.

La comunicación aborda este proceso de transición en la ciudad de Barcelona. Para ello, en primer lugar se presentará la evolución de la oferta ciclista (infraestructura y bicicleta pública) y de los usuarios a partir de los datos disponibles. En este aspecto, se hará hincapié en la falta de datos para estudiar las nuevas formas de movilidad cotidiana en la ciudad, no sólo de bicicleta sino también de la introducción de nuevos artilugios móviles (legways, segways y otros). En segundo lugar, por medio de metodología cualitativa (entrevistas exploratorias), se indagará acerca de las opiniones, percepciones y expectativas de usuarios del espacio público. Ello permitirá establecer las nuevas jerarquías de peligrosidad percibidas, la percepción de conflictividades y el proceso de adaptación en este proceso de transición.

 

Session 1 Movilidad urbana y política local

Desplazamientos sostenibles y conflictos ciudadanos: la implantación y desarrollo de la movilidad en bicicleta en la ciudad de Zaragoza

Carlos López Escolano y Ángel Pueyo Campos

Grupo de Estudios en Ordenación del Territorio (GEOT). Universidad de Zaragoza (España)

En 2004 se firmó el Pacto Ciudadano por la Movilidad Sostenible en Zaragoza, que impulsó la redacción del Plan Intermodal de Transporte -PIT- de 2006, la creación del Consorcio de Transportes del Área Metropolitana de Zaragoza, la puesta en marcha de la primera línea de Tranvía en la ciudad, y el desarrollo de la movilidad ciclista -que ha pasado a ser un medio de transporte más, y que ha supuesto un gran avance para la movilidad sostenible de la ciudad-.

Hasta 2007 este último medio de transporte se circunscribía a unos pocos carriles bici, que se habían proyectado para uso recreativo y no como forma habitual para la movilidad. Desde entonces, y con el consenso social y político gestado en el Plan Intermodal de Transporte de Zaragoza de 2006, se diseñó una estrategia integral para la bicicleta con las siguientes propuestas: inicio de una red mallada de carril bici, implantación del servicio público de alquiler de bicicletas –Bizi-, coordinación con las asociaciones no gubernamentales, diseño de un Plan Director de la Bicicleta y la redacción de una Ordenanza de Circulación de Peatones y Ciclistas.

Esta estrategia hay que contextualizarla en el auge de la bicicleta en las ciudades occidentales como modo de transporte urbano sostenible, tras décadas de considerarla una opción residual para la movilidad. Los cambios socioeconómicos de las últimas décadas y las nuevas sensibilidades y demandas de la población están haciendo posible la reincorporación de la bicicleta no sólo en los espacios tradicionales, como los países del norte de Europa, sino en otros contextos que la relegaron como el sur de Europa.

Este cambio de modelo de diseño, implantación e integración en la movilidad urbana para el caso de la ciudad de Zaragoza ha supuesto un auge espectacular del uso de la bicicleta (que es utilizada a diario por casi un 5% de sus habitantes), transformando la mentalidad de la población y transformando sus modos de desplazamiento por la ciudad. Gracias a todo ello, Zaragoza se está convirtiendo en uno de los referentes españoles en el uso de este medio de transporte urbano.

No obstante, este modelo de éxito se implantó invadiendo partes del espacio peatonal, y donde el uso incívico de las aceras por una minoría de ciclistas ha provocado efectos negativos para la convivencia de modos. Esto ha supuesto que en los últimos años hayan aumentado los conflictos entre ambos colectivos, con un abuso análogo al que con frecuencia sufren los ciclistas en la calzada por parte de los conductores de vehículos privados.

Por ello, es importante valorar en qué medida un modelo iniciado con éxito puede verse comprometido por la atonía en el desarrollo del proyecto, la falta de reconocimiento social por sus mejoras en sostenibilidad y movilidad, la carencia de un proceso de gobernanza, y los crecientes conflictos entre conductores de vehículos, ciclistas y peatones, así como otros factores de menor calado.

En esta comunicación se profundiza, además, en cómo la planificación y gestión urbanas en la ciudad de Zaragoza han hecho posible la incorporación de la bicicleta en la escena urbana, y en determinar los principales retos y dificultades pendientes para que esta integración sea eficaz, a pesar de los conflictos ciudadanos que se están produciendo. El análisis incluye una cartografía temática multitemporal para la valoración de la accesibilidad ciclista, que se puede considerar como uno de los ejemplos del cambio en la movilidad urbana hacia un sistema más sostenible.

 

Palabras clave: movilidad sostenible, accesibilidad, bicicleta, ciclistas, peatones, conductores, consenso, conflicto, gobernanza, Zaragoza.

 

session 1 Politicas y modelos de movilidad urbana

BigData y movilidad urbana sostenible: aplicaciones para conocer y promover el uso de la bicicleta.

Gustavo Romanillos y Juan Carlos García Palomares, 

Departamento de Geografía Humana Universidad Complutense de Madrid

 

La explosión del BigData, y en especial del bigdata geolocalizado, ofrece enormes oportunidades en la planificación de la movilidad urbana y la propuesta de actuaciones encaminadas a una movilidad más eficiente y sostenible. Los nuevos datos permiten realizar diagnósticos del uso de la bicicleta en la ciudad con gran detalle, tanto en la perspectiva espacial como temporal, facilitando las propuestas de nuevas actuaciones y la evaluación de las mismas. En esta comunicación se presentan las oportunidades que estas nuevas fuentes de datos ofrecen para realizar diagnósticos eficientes de la movilidad ciclista en la ciudad de Madrid y para promover actuaciones que fomenten un uso más intensivo de la misma.

Session 4 Alimentación, solidaridad ciudad-campo y control del crecimiento metropolitano

Renouvellement agricole et alimentaire dans les métropoles françaises

Perrin Coline, Soulard Christophe-Toussaint, Baysse-Lainé Adrien, Hasnaoui Amri Nabil   INRA, UMR Innovation, Montpellier

 

La question agricole a d’abord été abordée dans les métropoles françaises sous l’angle de la relocalisation des exploitations agricoles menacées par l’extension urbaine. La montée des préoccupations environnementales a ensuite fait de la préservation des terres agricoles un enjeu de développement durable. Dans les années 2000, la généralisation des SCOT instaure une vision intégrée de l’aménagement territorial entre la ville et les campagnes environnantes (Bonnefoy 2011).

Parallèlement, des mouvements citoyens et agricoles revendiquent un changement de modèle agricole et alimentaire. Ils promeuvent le local en opposition aux contradictions et risques du système agro-industriel (Chiffoleau et Prévost 2012). Suite à la crise de 2008, la diffusion de ces initiatives locales et d’un discours alarmiste sur la sécurité alimentaire mondiale incitent l’Etat à décentraliser une partie de sa politique alimentaire et à promouvoir une « territorialisation » des projets alimentaires.

Dans ce contexte, la relocalisation des activités agricoles et du système alimentaire est perçue comme un des vecteurs de transition agro-écologique et de durabilité des métropoles (Brand et Bonnefoy 2011). Toutefois, les modalités prises par ce mouvement restent mal connues et difficiles à évaluer (Lardon et Loudiyi 2014). Il existe par exemple une controverse sur la durabilité de la production locale (Born et Purcell, 2006). Une autre controverse porte sur le caractère marginal de ces micro-initiatives agricoles et alimentaires et sur leurs capacités à transformer le système alimentaire (Le Velly, 2017). Enfin, la question de la gouvernance alimentaire est posée au niveau local (Poulot 2014 ; Perrin et Soulard 2014). De nouvelles relations s’établissent-elles entre acteurs publics, opérateurs privés et porteurs d’initiatives locales ?

C’est ce dernier point que notre communication propose d’éclairer en comparant le traitement de la question agricole et alimentaire dans quatre métropoles françaises. Notre hypothèse est que le renouvellement, envisagé par le développement d’initiatives renforçant le système agricole et alimentaire local, se déploie en fait très différemment selon les territoires et les acteurs qui le portent. Nous proposons donc d’analyser le rôle respectif des acteurs institutionnels, publics et professionnels, et des acteurs privés, notamment les consommateurs et les agriculteurs, dans les configurations locales observées.

Pour ce faire, nous comparons les dynamiques d’acteurs dans deux métropoles régionales, Lyon et Montpellier, et deux villes au rayonnement départemental, Amiens et Perpignan. L’agriculture y présente différents visages : elle est spécialisée dans une filière à Amiens (grandes cultures) et Montpellier (vigne), tandis qu’elle est plus diversifiée à Lyon (polyculture-élevage) et à Perpignan (maraichage, vignes et arboriculture).

Pour chaque métropole, une rapide chronique permet d’identifier les acteurs des initiatives locales et de préciser leur rôle et leurs liens. Nous tirons de cette comparaison des enseignements sur les moteurs et l’ampleur du renouvellement agricole et alimentaire dans les métropoles françaises ainsi que sur les formes de gouvernance multi-acteurs qui s’instaurent.

 

Références 

Bonnefoy S., 2011, La politisation de la question agricole périurbaine en France : points de repère, Urbia, 12, 11-20.

Born B., Purcell M., 2006. Avoiding the local trap: scale and food systems in planning research, Journal of Planning Education and Research, 26, 195–207.

Brand C., Bonnefoy S., 2011. L’alimentation des sociétés urbaines : une cure de jouvence pour l’agriculture des territoires métropolitains ?, VertigO, 11, 2

Chiffoleau, Y., Prevost, B., 2012. Les circuits courts, des innovations sociales pour une alimentation durable dans les territoires, Norois, 224, 7-20

Lardon S., Loudiyi S., 2014. Agriculture et alimentation urbaines : entre politiques publiques et initiatives locales, Géocarrefour, 89, 1, 3-10.

Le Velly, R. 2017. Sociologie des systèmes alimentaires alternatifs. Une promesse de différence, Paris, Presses des Mines

Perrin C., Soulard C.-T., 2014. Vers une gouvernance alimentaire locale reliant ville et agriculture : le cas de Perpignan, Géocarrefour, 89, 1, 125-134.

Poulot, M., 2014, Agriculture et acteurs agricoles dans les mailles des territoires de gouvernance urbaine : nouvelle agriculture, nouveaux métiers ? Espaces et sociétés, 158(3), 13-30.

Session 3 Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Dominique Rivière, université Paris Diderot, UMR Géographie-cités

Le littoral dans le modèle métropolitain romain: quelle culture territoriale dans le contexte de la crise  ?

On peut entendre la culture territoriale à la fois comme le système d’acteurs (locaux mais aussi nationaux, régionaux etc) et de normes sous-tendant l’action publique territoriale et comme un ensemble de ressources liées au territoire valorisées/valorisables par ce système. En se centrant sur le littoral romain, cette communication voudrait esquisser quelques pistes de réflexion sur les pistes d’émergence d’une hypothétique culture territoriale en les replaçant dans une perspective plus longue, sur le jeu des acteurs qui les sous-tend et parfois les limite. L’intérêt du littoral romain est en l’occurrence qu’il s’agit d’un cas avéré de crise pour la notion même de culture territoriale, qu’on la prenne sous l’angle du système d’acteurs ou des ressources. Il a été en effet à l’épicentre de la crise « mafia capitale » qui a récemment touché la capitale italienne. Au-delà de l’aspect politique et judiciaire de cette crise, dont l’impact se fait toujours sentir, le littoral apparaît comme une zone sensible de la métropolisation romaine. Structurellement marqué par d’importants conflits d’usage, la crise récente s’y manifeste à la fois par des grands chantiers aménagements restés en suspens et l’émergence de formes ténues de valorisation des ressources territoriales, qui laissent augurer de possibles voies alternatives de développement.

-Le contexte. Contrairement à la plaine de Valence, le littoral romain a eu une mise en valeur très tardive–bonifications issues des grands travaux de la fin du XIXè siècle et surtout du fascisme-, à l’instar de nombreuses plaines méditerranéennes, mais avec un caractère radical lié au rôle de vitrine du régime que tenait la capitale. Cet héritage reste prégnant dans un certaine « culture territoriale » officielle, si l’on définit comme telles les représentations dominantes du territoire des acteurs locaux. Pourtant, elle ne correspond qu’à une partie d’une réalité aujourd’hui essentiellement composite, de périphérie métropolitaine : l’après-guerre a bouleversé cette strate initiale -la plaine pontine par exemple était alors décrite comme le far west du latium dans les années 50- avec aujourd’hui des imbrications d’usage :città diffusa, tourisme balnéiare, pêche, logistique portuaire et surtout aéroportuaire (Fiumicino), industrie (plaine pontine), mais encore et aussi agriculture –l’une des plus grande fermes d’Italie aux portes de Fiumicino, et aux mains de Benetton, lui-même gestionnaire de l’aéroport L da Vinci, mais aussi de nombreuses réserves naturelles et/ou archéologiques plus ou moins effectives, dont la valeur sociale reste limitée car elles restent dans l’ensemble peu ouvertes à un usage public/récréatif (réserve du littoral romain). Ces superpositions/conflits/hiatus d’usage sont aussi temporels –l’aéroport, qui est le principal hub italien, aujourd’hui affecté par la crise d’Alitalia jouxte ainsi les restes archéologiques de ce qui fut le plus grand hub portuaire de l’antiquité, le port de Claude et Trajan près d’Ostie antique. Ces imbrications d’usage renvoient à un autre point structurel, l’ambivalence du rôle assigné au littoral dans la croissance métropolitaine romaine, alternant entre statut de zone stratégique voire d’appendice de la zone centrale –sous le fascisme bien sûr, mais aussi dans les années 50-60, avec une reprise partielle de ce rôle à partir de la fin des années 2000 dans le contexte métropolitain- et « impensé » de l’aménagement métropolitain –en particulier dans les années 70 80 mais cela reste vrai à de nombreux égards aujourd’hui. Enfin, un jeu d’acteurs où le pouvoir local est structurellement « faible » que ce soit par rapport à la construction abusive ou par rapport aux « grands acteurs » du productif (la plaine pontine dans les années 60-70) ou/et de l’immobilier (Fiumicino, Ostie aujourd’hui)

 

A partir de ce contexte, quelques pistes se dégagent pour la construction d’une culture territoriale sur le littoral romain.

  • La crise des subprimes a un effet ambivalent sur le modèle métropolitain qui investit le littoral : elle atténue la pression de la logique des grands chantiers –sans la faire disparaître loin s’en faut –, autorisant ainsi l’émergence de nouvelles formes de valorisation du territoire, y compris de type patrimonial. Le jeu des acteurs voit émerger de nouvelles formes, des hybridations public-privé (cf. par exemple Benetton mobilisé par la Surintendance dans la valorisation patrimoniale du Paort de Trajan) mais reste foncièrement déséquilibré. On peut même poser l’hypothèse que la crise a accru ces déséquilibres –avec une difficulté pour les acteurs institutionnels locaux à maitriser un jeu toujours plus mouvant (Fiumicino), et une importante conflictualité autour des projets de grands chantiers.
  • On peut poser l’hypothèse que les cloisonnements administratifs anciens –plaine pontine autonomisée de Rome dans les années 40- ou récents –autonomisation de la commune aéroportuaire de Fiumicino dans les années 90- sont réactivés plus que dépassés pour l’heure par la città metropolitana (loi Delrio de 2014) – la crise mafia capitale a contribué elle aussi au retard de sa mise en place. A un autre niveau, il faut aussi s’interroger sur le rôle des cultures politiques, la façon dont elles jouent comme ponts entre anciennes et nouvelles formes de mobilisation autour du territoire (exemple Comitato Fuori pista, Comitato per il parco archeologico).

Cette communication mobilise des travaux effectués dans le cadre des programmes de l’EFR –Bouches du Tibre 3000 ans d’histoire, Métropoles et Italie recompositions territoriales, ainsi que des travaux antérieurs (Rivière, L’Italie et l’Europe, vues de Rome, Paris, 1996).

Session 3 Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Annick TANTER-TOUBON 

EHESS CRH/ GGH Terres 

Vers de nouvelles formes d’annexion. Ivry-Port sous l’emprise de la métropolisation 

C’est par la loi du 16 décembre 2010 que le statut de métropole a été créé en France. Quatre ans après, une autre loi portant sur la modernisation de l’action publique territoriale les a consacrées en renforçant leur statut. La métropole du grand Paris a vu le jour au 1er janvier 2016. Cet établissement de coopération intercommunale à fiscalité propre réunit 131 communes et supprime les anciennes intercommunalités au bénéfice de 11 territoires (Paris excepté) dotés chacun d’un établissement public territorial sans fiscalité propre. Délimités encore provisoirement, ils l’ont été sur la base des documents stratégiques antérieurs qui ont jalonné l’histoire de la planification de la région parisienne, et des intercommunalités préexistantes. 

C’est Paris Métropole (le nouvel ECPI) qui est chargé entre autres compétences de l’aménagement de l’espace métropolitain, essentiellement des documents stratégiques. Les compétences opérationnelles sont partagées avec les territoires en fonction de l’existence d’un “intérêt métropolitain” qui n’est pas encore totalement défini. En dépit d’une volonté affichée de ne pas construire la métropole par le haut, le cadre posé apparaît hyper centralisateur d’autant plus que les actions structurantes en matière de transport conduites par l’Etat et la Région, Paris Express et la réalisation d’une soixantaine de gares prédéterminent assez largement les opérations à engager. Pour accroître la visibilité de la nouvelle institution et affirmer un certain degré d’autonomie locale, c’est à dire suggérer une construction par le bas, un appel à projet « Inventons la métropole » a été lancé en direction des municipalités qui apportent le foncier (60 sites retenus) à des groupements librement constitués et de toutes nationalités. : investisseurs, promoteurs, architectes, urbanistes, start-up, association ou communautés citoyennes. 

Cette nouvelle construction institutionnelle sera-t-elle en mesure de combattre les effets les plus négatifs du processus de métropolisation à l’oeuvre dans la région parisienne dus à la mise en concurrence accélérée des territoires ces dernières années et qui paraissent quasi inéluctables: hyper-concentration du tertiaire supérieur dans le centre, refoulement des couches populaires dans les espaces délaissés ou les moins convoités, ségrégation croissante, déséquilibres internes accrus entre l’Ouest et l’Est, le Nord et le Sud, logement dramatiquement insuffisant des populations pauvres et précaires, disparition accélérée des quartiers refuges dans les communes de la proche couronne. Comment et sur quelle base sera défini « l’intérêt métropolitain » quand les territoires sont aussi disparates et les processus de différenciation sociale et spatiale aussi avancés? 

S’il est prématuré de répondre à cette interrogation, il est possible de tracer quelques constats à partir d’opérations en cours dans des secteurs opérationnels issus à la fois de la planification directive et de volontés locales de s’inscrire dans la métropolisation ou de la contrecarrer. Car on peut considérer que le Grand Paris existe déjà (ou du moins que divers mouvements le préfigurent) et qu’il n’a pas attendu son incarnation institutionnelle. Le support de la réflexion sera une opération engagée depuis plusieurs années et qui a pris assez récemment une ampleur régionale: l’opération Confluence dans le quartier d’Ivry-port à Ivry- sur- Seine, l’une des 

entrées du territoire 12, le plus peuplé de la métropole du Grand Paris. Cette opération apparait à plusieurs titres emblématique des enjeux propres à l’extension de la centralité parisienne. 

Inscrite dans la banlieue rouge avant-guerre, Ivry, comme une partie du Val de Marne, est demeurée une expression forte du communisme municipal, caractérisé par des politiques d’équipements publics et de logement social ainsi que de contrôle des transformations urbaines par la maîtrise foncière, l’intervention en régie directe ou moyennant la création de SEM municipales. Confrontée à l’érosion de la base industrielle que lui avait assurée la Seine, à la perte de ses emplois, et de ses ressources financières, Ivry en association avec les communes proches de Vitry et de Choisy (avec lesquelles elle avait formé une communauté d’agglomération en 2013, aujourd’hui caduque) entendait relever le défi du rééquilibrage des emplois vers l’est prôné par le schéma directeur et la ville de Paris, en bénéficiant de la proximité de la Zac Rive gauche à Paris. Confluence, au départ simple opération de conversion de parcelles industrielles a progressivement changé d’échelle : 1,3 million de m2 sur 145 ha d’ici 2020, répartis de façon « équitable », 50 % pour les activités économiques, 40 % pour l’habitat (dont la moitié en logement social), 10 % pour les équipements (grands et de proximité). Se constituerait ainsi un « pôle économique, social et environnemental » capable d’entrer en concurrence avec la capitale compte-tenu de son site unique (la confluence de la Seine et de la Marne) et de sa contribution au projet de réhabilitation du fleuve partagé avec les autres communes de Seine-Amont. La dynamique de recherche et d’innovation, d’ores et déjà liée à la présence du plus grand centre hospitalier gériatrique européen y offre l’une des perspectives de spécialisation (« Silver valley ») sous forme d’un pôle scientifique à caractère international. Autant de puissants appels à la transformation sociale. 

Les atouts fonciers de la municipalité sont supposés permettre le maintien d’une capacité d’orientation forte au sein du partenariat public privé de nature à assurer la présence de logement social mais le logement social lui-même a changé de « profilage ». Quel sera la part du logement très social ? Le relogement des habitants les plus précaires, ainsi que l’indemnisation au juste prix des petits propriétaires, nécessitent pour l’heure des mobilisations locales, le respect de ces garanties étant loin d’être assuré. 

Sur le terrain, à l’image de ce que fut la reconquête des docks à Londres, les formes et la qualité des espaces et des populations s’entrechoquent, de même que les échelles du bâti. Hauts immeubles de bureau vacants en front de Seine, gentrification d’anciens locaux d’entreprises au long des voies ferrées et, entre les deux, dans les voies anciennes maisons basses ou immeubles plus bourgeois de cinq étages condamnés à la dégradation en l’attente de mutations et d’expulsions. 

Emblématique aussi par les luttes qui s’y développent au nom de la défense de sa population actuelle, de sa tradition populaire, de son histoire syndicale et politique. Penser la ville et le territoire à partir des habitants et non des conquérants et du marché, comme l’expriment bien les collectifs locaux qui s’organisent en Ile de France contre le projet de métropolisation et ses grands évènements défricheurs d’espaces comme les JO, constitue bien le moteur d’une mobilisation innovante (squatts ouverts sur le quartier, journaux, actions de sensibilisation, marches) qui place Confluence au rang des « projets inutiles ». Mais l’absence d’un projet alternatif témoigne sans doute à sa manière de ce que le projet municipal conserve une certaine part de légitimité.

Session 3. Regeneración urbana, grandes proyectos y planificación integrada

Les enjeux de la régénération urbaine: Rome ou le changement inachevé

Maria Prezioso, Angela D’Orazio

Université de Rome Tor Vergata – Département de ‘Management e Diritto’

Si l’objectif général du Colloque est «de considérer la transformation des spatialités métropolitaines à la lumière d’une réflexion sur les nouveaux rapports de pouvoir et les recompositions qu’elles entrainent en matière de politiques publiques», alors le cas de Rome se révèle d’un certain intérêt en résumant dans ses récentes dynamiques l’éclatement de toutes politiques publiques en conséquence de conflits permanentes entre les échelles administratives et gouvernementale; conflits que, même dans un contexte de «ré-échelonnement des politiques publiques vers la sphère locale», il faut inscrire soigneusement dans la crise de toute action publique référant au ‘planning’.

Le processus de métropolitanisation occurrent dans le territoire de Rome participe de bien connue phénomène d’extension de l’aire bâtie commun aux métropoles méditerranéennes: seulement pour la Commune de Rome (Municipalitè de Rome) entre1993 et 2008 on a urbanisée une surface presque trois fois la surface de la ‘città storica’ (le périmètre dedans les anciennes Mura Aureliane) tandis que pour l’entière Province de Rome (actuellement ‘Città metropolitana’) pour l’an 2015 la surface artificiel correspond au 13,2 % du territoire – avec un incrément pour cent entre 2012 et 2015 , années de véritable crise du secteur bâtiment, de 0,8% –

En face de ces données la réponse formel soutenue aussi par les politiques européennes repose sur la régénération urbaine. En particulier une idée d’intervention sur l’existante fonde la dernière politique d’urbanisme formulé d’une façon directe pour la ville (2013-2015). “La Roma che vogliamo è semplice: rigenerare tutto quello che è costruito, fare meglio dove è stato già fatto, dove la città ha consumato il suolo e rivedere tutti gli interventi che ripropongono l’espansione fisica della città. Affermeremo in tutti i nostri interventi che se la città non è pubblica semplicemente non è.” Assessorato alla Trasformazione Urbana – 2014

Toutefois les expériences réelles développées dans ces dernières années montrent les contradictions du modèle d’intervention proposé, les nœuds critiques réglementaire, financières et procédurales, et surtout l’absence d’un véritable dialogue territoriale qu’il faudrait bâtir par une nouvelle gouvernance du territoire métropolitain.

On examinera ces problématique à l’aide d’une expérience de recherche –action développé pendant trois ans (2013-2015) dans un quartier périphérique de la ville de Rome et que faisait l’objet d’une Projet financé par le programme URBACT II: RE-Block qui, en défaisant l’acronyme en anglais, signifie REviving high-rise Blocks for cohesive and green neighborhoods. Les aires concernées étaient typiquement banlieues modernistes avec bâtiments d’haute densité d’habitation. Les problèmes territoriales abordés par le projet étaient pauvreté urbaine, bâtiments publiques dégradées, absence de services, absence de qualité environnementale et du cadre de vie. La méthode se voulait intégrée et l’objective était de produire un Plan d’Action Local de régénération urbaine à l’aide d’un group local de support par un processus participative qu’ il faudrait concertée avec l’autorité locale.

Le déroulement de ce processus participative dans le cas du quartier Tor Sapienza se croise et se superpose avec certains initiatives de transformation menées par la Commune mais aussi avec dynamiques politiques qu’engagent la dimension locale, régionale et nationale. La problématique de la gouvernance métropolitaine de la ville de Rome Capitale, avec ses implications financières et fiscales s’avère déterminante en caler le moteur de toutes transformations.

Session 2 La fábrica del urbanismo por la innovación social y el commoning

Biens communs, innovation sociale et action publique locale : enjeux des « espaces occupés » à Naples

Pascale FROMENT, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis, UMR Ladyss

Les métropoles sont devenues, au cours des vingt dernières années, à la fois des lieux de fortes tensions entre acteurs aux intérêts divergents – tensions exacerbées par l’assèchement des finances publiques en période d’austérité – et des terrains d’expérimentation de processus “participatifs” concernant notamment la requalification des territoires et la valorisation de leurs ressources. Ces expériences ont donné lieu à de nombreux travaux de recherche au niveau international sur la participation citoyenne aux différentes échelles d’intervention faisant la part belle à la diffusion des démarches de type bottom-up. Parmi les formes diversifiées de mobilisations, figurent entre autres les mouvements d’ « occupation » – ou de « libération » – d’espaces publics, souvent patrimoniaux, laissés pour compte par les pouvoirs locaux ou régionaux, et de plus en plus revendiqués comme bien communs par les habitants.

Cette contribution propose d’aborder le rapport entre ces espaces nouvellement occupés, les mobilisations collectives et les acteurs de la requalification urbaine à partir de l’exemple napolitain, que l’on mettra en perspective par la référence à d’autres expériences, notamment italiennes et espagnoles. Les travaux présentés, relevant d’une méthodologie de type qualitatif (entretiens conduits entre 2013 et 2017), analysent les processus de mobilisation, d’occupation et de diffusion à partir de trois espaces du centre historique de Naples. Leur multiplication depuis 2013, associant des collectifs, des groupes, des communautés d’habitants, a pour principal objectif de soustraire à l’abandon et la dégradation divers lieux du centre-ville pour les restituer aux habitants. Elle témoigne de formes d’innovation sociale autant que de résistance aux opérations de spéculation et de privatisation par la vente du patrimoine immobilier public tout en proposant de nouvelles modalités de gestion, flexibles et autonomes, aptes à proposer de nombreuses initiatives dans le champs social et culturel, et visant des usages des lieux non soumis à ceux standardisés du marché.

Il s’agit alors d’interroger la diversité de ces logiques d’occupation/valorisation des lieux rendus aux habitants dans leurs rapports avec les politiques publiques locales dans un contexte de changement des équipes municipales. La reconnaissance de la valeur ajoutée générée par les différentes collectivités de la part des institutions locales, ouvre progressivement la voie à la légitimation de ces espaces comme « biens communs », sous les multiples facettes que peut revêtir la notion.

Le cas d’étude napolitain ouvre la voie à des questionnements de plus vaste portée qui peuvent être articulés autour de deux interrogations principales,

– Le caractère innovant des mobilisations réside dans des bricolages inédits questionnant et remettant en cause les modalités officielles de la fabrique urbaine et visant à répondre autrement à la crise de la citoyenneté sociale. En quoi l’émergence de ces lieux et de ces acteurs témoigne t-elle d’une reconfiguration des pouvoirs urbains et intègre-t-elle des logiques informelles, fruit d’alliances entre des acteurs pluriels, institutionnels ou issus du monde économique ou associatif, et/ou citoyens ordinaires ?

– La seconde s’intéresse à travers les jeux d’acteurs à la façon dont les collectifs, participent à la (co-)construction de nouvelles normes et, en raison de leur diversité, au renouvellement des modalités d’expression et d’action, tantôt d’évitement tantôt d’affrontement. De quelle façon ces pratiques faisant l’objet d’arrangements sociaux, de compromis ou de confrontations politiques peuvent-elles contribuer à déclencher ou à accélérer des processus d’innovation, au nom de références, faisant inégalement consensus, comme celles de biens communs et de démocratie participative ?