Capacidad política local, la experiencia de Barcelona en perspectiva.

El Institut de Govern y polítiques públiques IGOPP de la UAB, El Departamento de Geografia TUDISTAR de la UAB, el Groupe de Travail Production urbaine et Marchés du LABEX Futurs urbains Paris Est estancia preparando el 20 y 21 de junio 2019 el seminario :

Capacidad política local,

la experiencia de Barcelona en perspectiva.


En 2019, unas semanas después del cierre de un ciclo político municipal, el seminario ofrece la oportunidad de cuestionar la noción de “municipalismo” en un contexto de presiones, limitaciones y oportunidades. 
Tres sesiones de trabajo, una mesa redonda y una visita con agentes locales ponen  en perspectiva, desde casos franceses e italianos, la experiencia y la acción del consistorio de la ciudad de Barcelona en materia de gobierno de la  vivienda y del turismo.

Las proposiciones de comunicaciones se pueden enviar a nacimabaron@gmail.com


Les capacités politiques à l’échelle locale,

l’expérience de Barcelone en perspectives

En 2019, quelques semaines après la fin d’un cycle municipal, le séminaire offre l’opportunité de questionner la notion de municipalisme dans un contexte de pressions, contraintes et opportunités. Trois sessions de travail, une table ronde et une visite sur le terrain avec des acteurs urbains seront proposés. Cela fournira l’occasion d’analyser les conditions de l’action et de l’expérience municipale barcelonaise dans le domaine des politiques du logement et du tourisme, en perspective avec des cas français et italiens.


Political capacities of the local, Barcelona’s experience in perspective

 

In 2019, a few weeks after the closing of a municipal political cycle, the seminary offers the opportunity to question the notion of municipalism in a context of pressures, contraints and opportunities.Three working sessions, a round table and a visit with partners will give the possibility to put the experience and action of Barcelona’s municipality in housing and tourism in perspective with french and italian cases.

Les Actes du colloque de Valencia sont édités !

A travers une exploration multidisciplinaire des notions de culture territoriale et d’innovation sociale, ce livre, tiré d’un colloque organisé à l’Université de Valence dans le cadre d’un programme de recherche international “Métropoles”, analyse les processus contemporains de recomposition sociale, économique et territoriale des métropoles du Sud de l’Europe à partir du cas de Valencia.

 

Les apports originaux de ce projet scientifique reposent sur trois points. D’abord, la conceptualisation transdisciplinaire de la notion de “communs” dans le cas valencien, espagnol et plus largement méditerranéen. Ensuite, la méthode de recherche, qui construit une approche processuelle des transitions territoriales et qui explore les marges de manoeuvre et les nombreux conflits qui agitent les gouvernements locaux. Enfin, il aborde de manière approfondie deux politiques sectorielles utilisées comme des leviers majeurs de changement : les politiques de mobilité et les relations ville campagne.

L’ouvrage, de plus de 400 pages, est publié aux Editions de l’Université de Valencia 

http://puv.uv.es/cultura-territorial-e-innovacion-social.html

Cabanyal : un quartier littoral en voie de reconquête

Le « Cabanyal » est un quartier de Valence, dont l’origine est ancienne. Avant le 17esiècle, des cabanes en joncs abritaient les pêcheurs et le petit peuple de la mer. Depuis le 19esiècle, des rues étroites, un alignement de maisons basses, certaines franchement vétustes, et quelques grands ensembles qui marquent l’identité et le passé du quartier : une fabrique de glace, une ancienne usine … . Le quartier est resté peuplé par une population essentiellement modeste, mêlant l’ancienne couche ouvrière, différentes communautés immigrées (maghrébine, africaine, sud-américaine, asiatique) et des étudiants,  du fait de la proximité du campus universitaire de la ville.

La mairie a annoncé voici un peu plus d’une dizaine  d’années un projet qui a mis le feu aux poudres. Il s’agit d couper le quartier en son centre, sur une tranchée de 100 mètres de large, pour prolonger l’avenue Blasco Ibañez jusqu’à la mer et, à cette occasion, réhabiliter, sinon « nettoyer »  cet ensemble urbain que menacent la dégradation architecturale et la marginalisation sociale. La visée générale du projet d’urbanisme est de modifier totalement le paysage, le peuplement et les fonctions de ce morceau de ville, qui doit recevoir de nouveaux ensembles d’immeubles et de bureaux modernes de part et d’autre de l’avenue. Il faut noter que ce programme n’a rien d’étonnant en soi. Il s’ajoute à une longue liste  de très grandes opérations d’urbanisme qui ont profondément bouleversé le tissu urbain et le visage de la métropole valencienne. Parmi les opérations les plus emblématiques, on peut citer le déplacement du lit du Turon, puis le réaménagement du port de Valence avec la construction d’un opéra et d’une cité scientifique, mais aussi l’érection de nouveaux quartiers périphériques. La ville est donc un immense chantier, comme tant de villes espagnoles depuis une quinzaine d’années. Le projet de Cabanyal n’est qu’un exemple de plus du mouvement de modernisation qui saisit la société et l’économie du Levante (comme de la capitale). Les édiles portent ce projet mais se tournent également vers un programme autrement plus ambitieux : eux qui accueillent le train à grande vitesse en provenance de Madrid le 19 décembre prochain, remodèlent complètement le quartier de la future gare (Parque central) sans s’embarrasser de questionnements caractère  social ou patrimonial.

Et pourtant, l’opération Cabanyal est en train de tourner au cauchemar politique, tant pour la mairie de droite, qui a dû temporiser et arrêter les premières démolitions, que pour l’opposition de gauche qui prépare les élections municipales de mai prochain mais ne parvient pas toujours à délivrer un message clair. Cabanyal s’est révolté, et beaucoup d’institutions : la mairie, l’exécutif régional,  les services de l’Etat, la chancellerie de l’Université, les partis politiques locaux, … Jour après jour, ois après mois, les manifestations et les contre-manifestations, les tables-rondes et les appels aux médias, montrent que toutes les couches de la population valencienne agissent et réagissent, que les gens de la rue, les intellectuels, les hommes d’affaire prennent position. Le « cas Cabanyal » montre que la population espagnole n’est pas, comme on peut le dire trop vite, lassée de sa classe politique et dépassée par les excès d’années de spéculation et de corruption immobilière. Cabanyal est le reflet d’une bataille dont l’issue est encore ouverte, mais dont on peut donner simplement l’orientation actuelle.   

Tout a commencé par l’annonce du projet de percement du quartier et par la présentation par la mairie d’un plan de réhabilitation (PEPRI) dans lequel une majorité d’habitants ont vu trois dangers. D’abord, le danger d’un projet dicté par une idéologie moderniste et techniciste, consistant à soumettre l’aménagement urbain aux besoins de l’automobile et non l’inverse. Ensuite, le danger d’une opération de curetage qui déplacera des populations socialement fragiles, alors que le besoin de logements accessibles est plus que jamais urgent (surtout pour les jeunes, qui peuplent l’Université toute proche). Enfin, le danger d’une destruction irrémédiable d’un ensemble urbain dont la valeur est certes attachée à quelques monuments (la Lonja de los pescaderos), mais aussi et surtout à un environnement architectural global, ce qui a conduit le gouvernement central a édicter un règlement de protection patrimonial du périmètre du Cabanyal au titre de bien culturel. Cette labellisation et la bataille contre la montre du monde associatif (refus de cession foncière à l’opérateur foncier municipal en charge du programme Cabanyal 21, recours devant le tribunal constitutionnel) ont réussi à retarder la mise en œuvre du chantier.

Aujourd’hui, Cabanyal est devenu une sorte de symbole de la résistance citoyenne. L’écho national dont cette affaire fait l’objet prouve que les Espagnols veulent changer de modèle urbain et qu’ils sont relativement matures pour cela. La population – et les médias – ont dépassé le stade de la dénonciation de la crise urbaine et de son cortège d’excès et de scandales. Par rapport aux années de summum de la bulle immobilière (2006 -2007) où les discours sur la pathologie urbaine tenaient plutôt de l’exorcisme, l’heure est à une approche plus pragmatique et plus responsable. Les observateurs politiques en Espagne « prennent à témoin » les événements en cours à Cabanyal pour mettre en perspective la question de l’aménagement et, au-delà, des enjeux politiques. Au-delà des débats auxquels a donné lieu le contre-projet d’aménagement proposé par les socialistes valenciens, projet encore assez timide par ailleurs, Cabanyal donne l’opportunité de « repolitiser » la scène publique et d’aborder une multitude de questions de fond : la place de la société civile, la question de la gouvernance locale, l’existence possible d’un patrimoine urbain vivant et non muséifié … Quelle que soit l’issue judiciaire et opérationnelle, Cabanyal marquera son temps. 

Légende de la photo : L’association Poblados del Mar fait visiter le quartier Cabanyal aux membres du colloque le 1er juin 2018

Retour sur le Colloque de mai juin 2018

 

Le colloque étudie la transformation des politiques urbaines en Espagne et dans d’autres villes méditerranéennes à la lumière d’une réflexion sur les nouveaux rapports de pouvoir dans l’espace local en introduisant et discutant deux concepts : la culture territoriale et l’innovation sociale. Il part de l’expérience de Valence, où la violence de la crise puis l’alternance municipale et régionale ont entrainé des attentes en matière de justice spatiale et des conflits relatifs à aux formes et aux choix de priorisation de l’action publique.

Deux sessions organisées le 31 mai travaillent sur la.promotion de la participation citoyenne, la production de communs et  la façon dont la planification tente de réinsuffler de la continuité et de la cohérence, à la fois politique et spatiale, à partir d’actions fragmentaires, contradictoires et conflictuelles.

Deux sessions thématiques, l’une le 30 mai, l’autre le 1er juin, abordent également ces défis à travers le prisme des nouvelles politiques de mobilité (le 30 juin) et dans la perspective des dynamiques récentes de la gouvernance des systèmes agro-urbains (le 1er juin).

Le programme du colloque alterne des introductions théoriques et critiques, des communications, deux tables rondes avec des responsables territoriaux et des rencontres avec des acteurs de terrain.

Image : Photo de groupe à la Marina Vel i Vents, le 1 juin 2018